lundi, janvier 23, 2012

Bookmark and Share

Les vieilles amitiés de Newt Gingrich: argent et sionisme


Le piège sioniste s’est désormais presque complètement refermé sur ce qui subsistait de la « démocratie en Amérique.» En effet, mis à part Ron Paul, tous les candidats déclarés ou potentiels à la prochaine présidentielle aux USA sont des clients du lobby sioniste.
Et le pire, c’est qu’ils revendiquent haut et fort ce statut de domestique, car s’il existe bien un électorat aux Etats Unis, ce dernier n’aura probablement à se prononcer (librement) que sur les candidats certifiés au préalable conformes.
Je vous livre ici un nouvel aperçu du niveau d'asservissement de Newt Gingrich, candidat à l'investiture républicaine qui fait figure de modéré à côté de Rick Santorum ou de Mitt Romney

Le résultat de ce fonctionnement est que, sauf sursaut chez ceux qui choisissent librement la servilité, les Etats Unis entreront en guerre contre l’Iran, alors même que de nombreux cadres de l’Etat (militaires ou civils mains non élus) y sont opposés pour des raisons purement... nationales..

Cette entrée en guerre me semble en effet inéluctable et tout ce qui se passe, aussi bien aux Etats Unis, qu’au Canada ou en Europe, montre qu’elle est actuellement dans sa phase préparatoire qui passe par l’élimination ou la neutralisation du régime syrien et l’affaiblissement du régime iranien en s’attaquant à ses ressources financières, en interdisant par exemple à ses clients de lui acheter quoi que ce soit.

Les deux seules questions qui vaillent, selon moi, sont quand et comment.

La question du comment, parce qu’il n’est pas sûr du tout que la guerre commence par une opération de bombardement menée par les sionistes. Le scénario idéal serait en effet celui qui verrait un gouvernement iranien acculé par la guerre économique qui lui est livrée, avec la complicité annoncée des Saoudiens, et se livrant à des menaces contre ses voisins, menaces qui entraîneraient un déploiement supplémentaire de forces occidentales, puis le casus belli qui verrait un élément armé occidental ou du Golfe visé et/ou touché par l’armée iranienne.

Peu importe en réalité qui aura été le véritable fauteur de guerre car la propagande occidentale qui aime les guerres justes, et seulement les guerres justes, nous expliquera en long et en large le caractère belliciste et odieux du régime de Téhéran.

Je n’ai pas de boule de cristal, mais j’ai du mal à imaginer qu’une guerre contre un pays de 70 millions d’habitants avec un niveau de développement intermédiaire puisse ressembler à une promenade de santé.
Une telle guerre nécessitera en effet un déchaînement de forces à côté duquel ce qu’ont subi la Libye et même l’Irak aura un caractère presque anecdotique. En effet, soit le régime et l’armée iraniens seront anéantis de manière très rapide, soit l’effet de la riposte des Pasdarans se fera sentir dans tout le Moyen Orient.
Le gouvernement iranien, à la différence de certains régimes arabes par exemple, n’est pas bravache et s’il maîtrise pour l’instant la guerre des nerfs et l’agression économique que lui imposent les américano-sionistes, il se prépare néanmoins méthodiquement à affronter la menace.

Mais bon, je me trompe sûrement.


Newt Gingrich et le promoteur des lois anti-charia [l’article original n’a pas de titre]
Par Laura Rozen, TwitLonger (USA) 22 janvier 2012 traduit de l’anglais par Djazaïri

Un aspect qui semble avoir échappé à l’observation à la loupe des relations de Newt Gingrich avec sa seconde épouse Marianne Gingrich est ceci :

Pendant Presque toute la durée de son mariage avec Newt, Marianne Gingrich était employée par une société qui faisait la promotion des exportations israéliennes, l’Israel Export Development Council (IEDC), dont le siège est en Floride. Son patron et conseiller de l’IEDC était un juriste nommé David Yerushalmi.

Yerushalmi a fait récemment l’objet de l’attention du public dans un contexte totalement différent: en qualité de principal instigateur du mouvement anti-charia aux Etats Unis ainsi que l’avait rapporté Andrea Elliot dans le New York Times en juillet dernier.

Le lien entre Marianne Gingrich et David Yerushalmi est apparu le mois dernier dans des informations sur une enquête du FBI pour escroquerie remontant aux années 1990 et jusqu’alors tenue secrète.

Ainsi que l’a rapporté le journaliste Joseph Trento, l’enquête du FBI avait commence en 1995 quand le Bureau avait eu vent du projet de Marianne Gingrich de rencontrer Sarkis Soghanalian, un important marchand d’armes, condamné pour crime avant de devenir un informateur du FBI. Soghanalian est mort en octobre dernier à l’âge de 82 ans – après avoir accordé plusieurs entretiens à Trento.

En bref – selon l’article de Trento et les documents du FBI qu’il a mis en ligne - au milieu des années 1990, Soghanalian avait eu un problème. Il aurait eu une créance de quelque 80 millions de dollars pour des armes qu’il avait vendues à l’Irak de Saddam Hussein. Mais il ne pouvait pas toucher l’argent à cause d’un embargo des USA sur la livraison d’armes à l’Irak. Via une série de contacts et par entregent, avait déclaré Soghanalian à Trento avant sa mort – Soghanalian avait rencontré Marianne Gingrich à Paris en 1995. Et le FBI surveillait semble-t-il de près la conversation.

La rencontre aurait eu pour but de voir si Soghanalian pouvait obtenir, moyennant un paiement de 10 millions de dollars, qu’elle use de son influence auprès de celui qui était son mari à l’époque, le speaker de la Chambre des représentants Newt Gingrich, pour qu’il fasse quelque chose au sujet de l’embargo US sur l’Irak de sorte à ce que Soghanalian touche son argent.

Dans des interviews avec Trento, Marianne Gingrich a fermement démenti avoir sollicité un quelconque paiement de la part de Soghanalian afin qu’elle influence son mari. Elle a dit à Trento qu’elle pensait que les 10 millions de dollars payés par Soghanalian devaient aller au groupe d’exportateurs israéliens, l’ Israeli Export Development Corporation, pour lequel elle avait travaillé auparavant.

Et selon ses déclarations à Trento, la personne qui avait demandé à Marianne Gingrich d’aller à Paris pour rencontrer le marchand d’armes était l’ancien patron de l’IEDC – David Yerushalmi.

“Marianne Gingrich dit que son patron à l’IEDC, David Yerushalmi, l’avait appelée et lui avait demandé de faire le voyage à Paris, » rapporte Trento. « Yerushalmi travaillait comme conseiller juriidique à la fois à l’IEDC et à l’IASPS » - un think-tank américano-israélien, l’Institute for Advanced Strategic & Political Studies.

En fin de compte, le dossier d’enquête du FBI a été classé abruptement en 1997 – sans suites. Et en 1999, bien sûr, Gingrich a divoré de Marianne pour épouser Callista.

.
Alors que cette affaire a été classée il y a plus d’une dizaine d’années, son existence n’a été connue que le mois dernier. Et en creusant dans les documents du dossier, il est intéressant de constater que certaines des personnages qui y apparaissent se sont avérées avoir une influence – mais pas toujours de manière visible – sur la carrière politique de Newt Gingrich qui ne briguait pas encore la présidence. Parmi ces personnages, l’ancien chef de Marianne Gingrich à l’IEDC, Yerushalmi.

Le rôle décisif de Yerushalmi en tant qu’acteur en coulisses du mouvement anti-charia a été présenté en détails par un article d’Andrew Elliott dans le New York Times en juillet dernier.

Yerushalmi, originaire du sud de la Floride, vivait dans une colonie juive de Cisjordanie, partageant “son énergie entre le droit des litiges commerciaux aux Etats Unis et un centre de recherché conservateur établi à Jérusalem,” à l’époque des attentats terroristes du 11 septembre 2001, ce qui suscita « son intérêt pour le droit musulman, » écrivait Elliott.

Le mouvement anti-charia “est le produit d’une action orchestrée qui a commencé il y a cinq ans à Crown Heights, Brooklyn, dans le bureau d’un avocat peu connu, David Yerushalmi, un Juif hassidique de 56 ans marqué par un passé de déclarations controversées sur la race, l’immigration et l’Islam, » écrivait Elliott. « Malgré son manque de formation spécialisée en droit musulman, M. Yerushalmi est parvenu à exercer une influence remarquable sur le discours public américain sur la charia.»

“Le message a pris,” écrivait-elle. «Parmi ceux qui font maintenant écho aux positions de M. Yerushalmi, on trouve d’importantes personnalités à Washington comme R. James Woolsey, ancien directeur de la CIA, et le candidat à l’investiture présidentielle républicaine Newt Gingrich.»

Mais les informations sur l’enquête classée du FBI donnent à penser qu’il n’y a pas grand chose de nouveau dans les liens de Yerushalmi avec Gingrich, et qu’ils on tune longue et assez intéressante et discrète histoire commune. De même, l’ancien directeur de la CIA Woolsey est actuellement le conseiller en matière de sécurité nationale pour la campagne présidentielle de Gingrich.


Libellés : , , , , , , ,

posted by Djazaïri at 7:28 PM

0 Comments:

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home

Palestine Blogs - The Gazette