mercredi, février 02, 2011

Bookmark and Share

40 professeurs marocains tentent de s'immoler par le feu à Rabat (tout va bien au maroc)

La surprise est venue de Tunisie (où tout allait bien aussi) avec une agitation sociale et politique qui a commencé en décembre et a abouti au départ précipité du président ben Ali après plus de 20 années de pouvoir. 
D'autres pays arabes ont connu ou connaissent des troubles sociaux et politiques: en Algérie au début de cette année, puis au Yémen, en Jordanie et surtout en Egypte.
Il n'aura échappé à personne en France qu'on ne pariait guère à Paris sur un succès de la contestation en Tunisie. Au point que la presse, qui avait tenté au maximum de taire les manifestations tunisiennes, s'était empressée de braquer les projecteurs sur les troubles survenus en Algérie.en ce début d'année Il est vrai que ces troubles avaient diffusé rapidement avant de cesser presque aussi rapidement moyennant de fortes actions de répression et des promesses relatives à la hausse des prix.

On admettra ici que la situation économique et politique (un taux de chômage élevé, les difficultés de logement, la corruption etc.) en Algérie est tout à fait de nature à entraîner une agitation de type révolutionnaire comme dans le pays voisin même si le paysage politique et l'histoire récente rendent les choses beaucoup plus incertaines. Et l'Algérie a déjà connu ce genre de situation avec une ouverture démocratique sans précédent en Afrique du Nord qui s'est cependant soldée par une épouvantable guerre civile.
Tout ça pour dire surtout qu'en Occident on est très gêné d'assister à la déconfiiture de régimes politiques "amis" et qui entretiennent des relations officielles (Jordanie, Egypte) ou officieuses (Tunisie) avec l'entité sioniste.
Le régime algérien a bien des défauts mais il a pour l'heure toujours résisté, malgré les velléités de certains, à la tentation de pactiser avec le régime sioniste. Et il n'aura échappé à personne qu'en Egypte, comme en Jordanie et en Tunisie, au milieu des slogans dénonçant le chômage, le coût de la vie ou le manque de libertés publiques, nous avons eu des slogans dénonçant l'Etat sioniste. Aucun antisémitisme là dedans, puisqu'aucun slogan ni pancarte n'a accusé les "juifs" des maux affligeant les pays en proie à l'agitation révolutionnaire. Cet aspect est particulièrment évident en Jordanie et en Egypte pour les raisons que chacun connaît.
Mais tiens, il y a un pays dont on n'aime pas beaucoup parler en France, c'est le Maroc. Comme vous le savez, tout va bien au Maroc, mieux que dans les pays voisins comme la Tunisie (pour France Soir, le Maroc est voisin de la Tunisie!?).
Deux preuves seulement: un éminent intellectuel Français y possède une résidence princière secondaire; de nombreux retraités Français affluent dans ce pays de Cocagne pour y goûter un repos bien mérité!

Le haschich? Quel haschich?

Bon, pourtant tout ne va pas bien au Maroc ainsi que le laisse entendre cette dépêche de l'AFP. J'en parle simplement parce que pour l'instant aucun site français d'information n'a repris cette dépêche (au contraire de la presse espagnole). Notez bien que le titre de la dépêche AFP omet le fait précisé par la dépêche espagnole que ce sont 40 enseignants qui prévoyaient de s'immoler par le feu devant le ministère.
Le journal espagnol Publico titre en effet:
40 professeurs Marocains tentent de s'immoler par le feu

Maroc: deux blessés dans une tentative d'immolation par le feu
(AFP)  1er février 2011

RABAT — Un jeune homme a été blessé après avoir tenté de s'immoler par le feu au cours d'un sit in de protestation mardi devant le ministère de l'Education à Rabat, ont annoncé l'agence officielle MAP et le quotidien Akhbar Al Youm.

Le jeune homme, qui participait à une manifestation de protestation d'enseignants contractuels réclamant leur titularisation, s'est aspergé d'essence et a menacé de s'immoler, a précisé le journal arabophone dans un article à paraître mercredi et transmis à l'AFP. Selon l'agence MAP les jours du jeune homme ne sont pas en danger.

Le quotidien cite deux versions sur la suite : l'une selon laquelle le jeune homme a alors allumé un briquet, l'autre selon laquelle c'est une autre personne qui a mis le feu. Une source policière a confirmé à l'AFP la seconde version, précisant que la personne ayant mis le feu était recherchée.

La police et des pompiers sont rapidement intervenus pour éteindre les flammes. Le groupe de protestataires avait publié la veille un communiqué dans lequel il menaçait de procéder à une immolation par le feu.
Selon Akhbar Al Youm, la victime a subi des brûlures graves et une autre personne a été légèrement brûlée au cours de cet incident.
Quatre tentatives d'immolation par le feu ont eu lieu au Maroc en une dizaine de jours. Selon les autorités, deux d'entre elles étaient dues à des problèmes psychiatriques ou d'héritage. Aucun décès n'a été signalé.
L'immolation par le feu d'un jeune homme, le 17 décembre à Sidi Bouzid, dans le centre de la Tunisie, est à l'origine de la révolte populaire qui a fait chuter un mois plus tard le régime du président Zine El Abidine Ben Ali.
Depuis, plusieurs tentatives de suicide par le feu, parfois mortelles, ont été recensées dans les pays de la région.

Libellés : , , , , , , , ,

posted by Djazaïri at 12:21 AM

0 Comments:

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home

Palestine Blogs - The Gazette