dimanche, janvier 23, 2011

Bookmark and Share

Révolution du jasmin ou révolution du sang? A propos d'une révolution confisquée.

Les effluves de la révolution du jasmin ont non seulement masqué l'odeur du sang versé mais il semble qu'elles aient tourné la tête à un certain nombre de commentateurs. Côté arabe, c'est encore un enthousiasme en panne de superlatifs quoique commencent à se manifester les premiers indices de la désillusion.
On les pardonnera bien volontiers. Mais que dire de l'article d'Olivier Roy qui écrit dans le New York Times:

La caractéristique nouvelle de cette révolution populaire pacifique pour renverser une dictature dans le monde arabe est qu'elle n'a rien d'islamique.
Les choses ne se sont pourtant pas passées de manière absolument pacifique et, surtout, la révolution populaire a été interrompue, peut-être provisoirement, par un pronunciamiento à l'instigation des Etats Unis.
Et il faut simplement observer que si le mouvement de protestation est et était éminemment politique dans sa signification, il n'en était qu'au début de sa phase de politisation au moment où le président Ben Ali a été renversé. Dans des circonstances qui rappellent d'ailleurs celles qui avaient amené le même Ben Ali à déposer feu l'ex "Combattant suprême" Habib Bourguiba qui lui même avait évincé le monarque Lamine Bey.

Ce petit détour historique est utile pour comprendre que même si les pays arabes ont d'énormes points communs, et ceux du Maghreb encore plus puisqu'il s'agit du même peuple, il n'empêche qu'ils n'ont pas une histoire identique et qu'il est improbable que l'exemple tunisien diffuse par simple "contagion" ou mimétisme (à la différence de certains comportements comme l'immolation par le feu qui ont diffusé même hors du monde arabe)..
Le mouvement populaire tunisien est par ailleurs parti de régions qu'on peut qualifier de périphériques, à l'écart de l'énorme métropole qu'est Tunis à l'échelle du pays, de la pointe est de la Numidie, ce territoire qui cultive de temps immémoriaux le goût de la justice et de l'égalité.
Mouvement politique donc, mais pas politisé. Et l'absence qu'évoque Roy de slogans en faveur d'un état islamique ou anti américains [alors que jusqu'à présent, c'est la France qui joue un rôle majeur en Tunisie !] nous rappelle simplement ce fait brut que la révolte est celle des pauvres et des jeunes qui cherchent précisément à avoir la possibilité de vivre plus dignement.
Il n'y a pas eu non plus appel de la part des manifestants à nationaliser ou au contraire à privatiser des entreprises. Nous avons d'abord été devant un mouvement qui disait que c'en était assez de la république des copains et des cousins incarnée par le Rassemblement Constitutionnel Destourien (R.CD) et qu'on voulait la république de tous.
.
Comment? C'est une autre affaire et c'est là normalement qu'interviennent les partis politiques qui peuvent proposer telle ou telle mise en forme idéologique de la contestation ainsi qu'une pratique en vue d'atteindre les objectifs assignés par l'idéologie.
Or, en dehors de deux partis de figuration, les partis étaient interdits d'activité en Tunisie, interdiction que le gouvernement de M. Ben Ali a fait scrupuleusement respecter. Nous sommes donc devant une scène politique congelée depuis des années à l'intérieur du pays et qui a survécu en exil avec la présence à l'étranger de partis de gauche et du parti islamiste.  Ces organisations n'ont bien entendu guère pu encadrer une jeunesse des classes populaires qui s'est trouvée à la pointe de la lutte. On relèvera en passant qu'aucun de ces partis n'a eu un impact significatif sur la communauté tunisienne en France, une communauté qui était par ailleurs fermement encadrée par le Rassemblement R.CD le parti au pouvoir aujourd'hui dissous. Il est vrai que beaucoup de muets ont soudainement retrouvé la parole…

Si on en revient au contenu des slogans protestataires/insurrectionnels ; rappelons qu'en Iran par exemple, la société avait de longue date été travaillée idéologiquement par les Mollahs mais aussi par d'autres mouvances même si ce sont les Mollahs qui ont fini par l'emporter. En Algérie, le Front Islamique du Salut ou ses précurseurs avaient bien labouré le terrain idéologique avant d'obtenir les succès électoraux que l'on sait.

La scène politique tunisienne a donc été congelée pendant des années et on va bien voir quels plats tenteront encore les citoyens Tunisiens une fois décongelés et lesquels seront encore comestibles. C'est là une inconnue majeure même s'il semble bien que Washington incline pour un rôle significatif des islamistes. La presse anglo-saxonne tend en effet à multiplier les articles sur le mouvement islamiste al-Nahda et, comme le signale le World Socialist Web Site, le New York Times vient même de lui consacrer un papier très favorable 

Si la révolution a été confisquée en Tunisie, elle n'est cependant pas terminée. Les choses se noueront vraiment quand chacun des camps aura pu se mettre vraiment en ordre de marche et que les rapports de force sur le terrain pourront être évalués. En dehors du peuple révolté et de ses exigences mises en action plus qu'en mots, nous avons pour l'instant surtout  l'expression des représentants des élites tunisoises, c'est-à-dire pour l'essentiel des membres de professions libérales ou des professeurs. C'est un syndicat enseignant qui appelle à la grève demain et pas un syndicat des ouvriers du bâtiment, du textile ou de l'hôtellerie.

Comme souvent dans les révolutions, il y plus d'une révolution en même temps qui renvoient à des acteurs (à des classes sociales dirait un marxiste) différents.
Le meilleur (ou le pire) est sans doute encore à venir pour ce pays. Si le meilleur vient, espérons le, à l'emporter, ce sera à coup sûr un exemple salutaire pour tous les peuples de la région.

Libellés : , , , , , , , , ,

posted by Djazaïri at 10:31 PM

0 Comments:

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home

Palestine Blogs - The Gazette