samedi, janvier 29, 2011

Bookmark and Share

Craintes sionistes et dilemme égyptien des Etats Unis

Alors que le peuple égyptien appelle son président à imiter M. Ben Ali et à quitter le pouvoir, sinon le pays, le gouvernement des Etats Unis, plongé dans un sérieux dilemme, appelle le chef de l'Etat égyptien à la réforme. Sans se rendre compte que la seule réforme qui vaille, c'est celle du président Moubarak lui-même avec son système. 
On notera au passage que seuls les naïfs penseront que les troubles en Egypte sont consécutifs à ceux de Tunisie car nous sommes en réalité devant une nouvelle phase d'une contestation qui est tout sauf nouvelle.
Les Etats Unis vont peut-être se décider à lâcher le chef de l'Etat égyptien dans l'espoir de préserver son système et surtout leurs intérêts. Pour l'instant, ils sont pris à leur propre piège d'incantation démocratique et font mine d'encourager la démocratisation de l'Egypte quand bien même celle-ci signifierait un repositionnement de ce pays sur la scène régionale, repositionnement qui se fera nécessairement au détriment de l'entité sioniste avec laquelle Washington entretient un lien "unbreakable".

Outre un coup d'état militaire (l'armée égyptienne es la première bénéficiaire de l'aide allouée par les USA à l'Egypte), il reste une seule carte en réalité entre les mains des Etats Unis au cas où le régime du Caire ne parviendrait pas à surmonter l'épreuve de force avec son peuple. Cette carte, c'est Mohamed El Baradei, l'ancien chef de l'AIEA, une figure d'opposition modérée que les autorités viennent d'assigner à résidence. Le problème, c'est que plus les Américains attendent avant de signifier à Moubarak qu'il a fait son temps, moins la carte El Baradei aura de valeur car son poids politique auprès de l'opinion publique égyptienne est certainement inversement proportionnel à sa notoriété à l'étranger.

Les choses sont donc compliquées pour les Etats Unis et l'entité sioniste dont les appels au respect de la démocratie sont nettement moins appuyés que ceux qu'ils adressaient il n'y a guère longtemps aux autorités iraniennes sommées de respecter le verdict des urnes, sommation accompagnée de vifs encouragements à la "twitter" révolution (peu importe d'ailleurs si twitter est loin d'être le réseau social le plus utilisé en Iran!).

Les sionistes sont très clairs sur les motifs de leurs réserves devant le mouvement populaire égyptien. On peut ainsi lire sur le blog politique Salon (via Angry Arab):
"J'ai questionné Eisner sur le soutien précédent de The Israel Project à une manifestation "Pour la liberté en Iran" organisée en septembre 2009 au lendemain des manifestations du mouvement Vert, qui mettait l'accent sur les nobles idéaux des droits de l'homme et de la démocratie. Pourquoi l'organisation ne soutient-elle pas les mêmes idéaux en Egypte? "Il y a une très grande différence entre les gouvernements d'Egypte et d'Iran. Le gouvernement égyptien a un traité de paix avec Israël et l'a respecté," déclare Eisner qui observe également l'hostilité de l'Iran à l'égard d'Israël. Il déclare qu'à sa connaissance, The Israel Project ne prévoit aucune action de soutien aux manifestations égyptiennes, indiquant qu'elles seront certainement considérées comme une affaire interne au peuple égyptien.".

Libellés : , , , , , , ,

posted by Djazaïri at 12:47 PM

0 Comments:

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home

Palestine Blogs - The Gazette