jeudi, juin 10, 2010

Bookmark and Share

Le médecin Turc, le serment d'Hippocrate et celui des barbares

Eh oui, en France aussi, la novlangue sioniste (l'amitié c'est la haine, la paix c'est la guerre, la victime c'est l'agresseur) a encore cours. Plus pour très longtemps fort heureusement car les journalistes étaient nombreux (pas les Français apparemment) sur la flottille pour Gaza et les témoignages font leur chemin malgré les obstacles.

Ainsi ce témoignage du Dr Hasan Huseyin Uysal qui servait à bord du Mavi Marmara, ce navire turc qui a fait l'objet de soins particuliers de la part des soldats sionistes. Vous allez me dire, où est le problème puisque ce document provient du New York Times? Il n'y a donc pas de frein à l'information.
Il faut le dire vite car cet article figure en réalité sur un blog du New York Times et non dans l'édition principale. Aux Etats Unis comme ailleurs, les blogs fonctionnent comme des soupapes qui permettent aux journalistes d'exprimer ce qui ne passera pas dans le journal proprement dit.
L'entretien est assez parlant et offre une fois de plus un aperçu de l'opposition entre la civilisation et la barbarie, une barbarie qui n'a pas un visage humain mais sioniste. Une barbarie dont tout l'Occident s'évertue à rester complice. On notera la naïveté des organisateurs qui n'avaient pas anticipé la sauvagerie sioniste; c'est ainsi qu'aucun matériel de chirurgie n'était prévu dans le service médical du bateau où on ne disposait que du nécessaire pour soigner de petites blessures et apaiser les irritations oculaires provoquées par des substances lacrymogènes.
PS : PS: l'éthique médicale musulmane classique est beaucoup plus exigeante que le serment d'Hippocrate et impose notamment, contrairement à ce dernier, de soigner aussi l'ennemi.

 
Le médecin Turc décrit les soins apportés aux commandos Israéliens blessés pendant le raid
Par Robert MACKEY et Sebnem ARS, The Lede (USA) 9 juin 2010 traduit de l'anglais par Djazaïri



Dans un entretien accordé au New York Times, le Dr Hasan Huseyin Uysal, un médecin Turc, déclare avoir soigné les commandos Israéliens qui avaient été capturés et brièvement détenus pendant la phase initiale du raid sur un bateau qui avait défié la semaine dernière le blocus naval israélien de Gaza.
Le récit du Dr Uysal semble être conforté par deux photos où on le voit soigner un des trois soldats ensanglantés que les passagers disent avoir maîtrisés et désarmés au début du raid mené le 31 mai, peu avant l'aube, contre le principal bateau de la flottille. Ces deux photos ont été publiées par le journal turc HaberTurk dans une galerie sur son site web qui montre des photos ramenées en cachette du bateau et sorties d'Israël par Sefik Dinc, un de ses journalistes. Une des photographies a également été postée sur Flickr par l'organisation humanitaire turque qui a participé à l'organisation de la flottille.
La capture des commandos peu après leur descente en rappel depuis un hélicoptère sur le Mavi Marmara où ils ont rencontré une résistance acharnée des passagers sur le pont supérieur a amené plusieurs responsables civils et militaires Israéliens – dont le premier ministre Benjamin Netanyahou – à laisser entendre que le recours meurtrier à la force était justifié car sinon, les soldats auraient été « lynchés » par les passagers qui s'étaient emparés d'eux.


Plusieurs des passagers impliqués dans l'affrontement ont contesté cette interprétation du début chaotique du raid. Comme l'avait observé The Lede ce mardi, Ken O'Keefe, un ancien US Marine qui a déclaré à des journaux israéliens et turcs avoir participé au désarmement des commandos, a affirmé que « Les vies des trois commandos étaient à notre merci – nous aurions pu leur faire tout ce que nous voulions. »
Ali Abunimah, un des fondateurs de The Electronic Intifada a soutenu dans un post sur son blog que les images des soins donnés aux commandos par le Dr Uysal, ainsi que d'autres images apparemment prises pendant le raid qui montrent des commandos ensanglantés et désarmés sous la garde de passagers à l'intérieur du bateau, contredisent les accusations israéliennes selon lesquelles les passagers avaient l'intention de tuer les soldats.
Dans un entretien téléphonique réalisé en turc, le Dr Uysal a déclaré avoir soigné trois soldats Israéliens et soutenu que c'était une preuve que les passagers n'avaient aucune intention de les tuer :
En tout premier lieu, il est contre toute logique que ces soldats n'aient pas été tués mais au contraire emmenés au centre médical si l'intention des militants était de les tuer. Si des gens à bord avaient tant envie de leur faire du mal, pourquoi ne les ont-ils pas simplement tués une fois qu'ils s'étaient emparés de leurs armes ? Pourquoi prendre la peine de les trimballer à l'intérieur pour qu'on les soigne ? Ca ne tient pas debout.
Je suis un médecin, et les soldats Israéliens m'ont été amenés pour que je contrôle leur état physique et les soigne correctement. J'avais nos propres morts et des gens blessés étendus devant moi et je m'occupais de soigner les soldats qui les ont effectivement tués et blessés. Aucun de nos amis présents dans le centre médical ne s'est approché pour leur faire du mal ou les blesser. Nos blessés étaient étendus au sol, mais j'ai fait se reposer les soldats sur nos fauteuils.
Interrogé sur les blessures subies par les commandos, le médecin a répondu:
Aucun des soldats n'avait de blessures graves qui auraient pu entraîner la perte d'un organe ou un handicap. Ils étaient égratignés au visage, mais comme la peau du visage est très sensible et tend à saigner en cas de traumatisme quelconque, il y avait du sang sur leur visage – que j'ai nettoyé avec soin pour voir quel genre de blessures ils avaient. En fin de compte, elles se sont avérées n'être que des égratignures.
Le troisième soldat, par contre, souffrait d'une entaille au ventre jusqu'au niveau de la membrane stomacale mais pas de l'estomac proprement dit. Ce n'était en rien une blessure mortelle. En tant que médecin, je ne veux pas trop m'aventurer à deviner l'origine de cette blessure, mais elle a pu être causée soit par l'atterrissage sur un poteau pointu après descente d'hélicoptère, soit par un tuyau avec une arête acérée. Je ne sais pas trop.
Dans un cas comme dans l'autre, la plaie n'était pas mortelle mais devait être suturée. Cependant, comme nous ne nous attendions pas à une telle confrontation, nous n'avions emmené à bord aucun matériel pour faire des points de sutures. Nous n'avions que du matériel médical simple pour panser les petites plaies, ou des gouttes pour apaiser les brûlures en cas d'utilisation de gaz lacrymogène. Si j'avais eu du matériel de suture avec moi, même si je suis ophtalmologue, j'aurais soigné ce garçon correctement sur la base de mes connaissances en médecine générale. Je n'ai pas pu le faire.
Le Dr Uysal affirme que les commandos étaient abasourdis et avaient très peur. » Il ajoute :
J'ai essayé de leur dire, avec mon anglais approximatif, que j'étais médecin et qu'ils n'avaient rien à craindre et que personne ne leur ferait de mal. Ils se sont détendus au bout d'un moment et nous ont regardés courir de partout, d'un patient à l'autre en larmes, face à nos amis qui baignaient dans leur sang. J'avais aussi demandé à un de nos assistants de garder un œil sur eux afin d'éviter toute menace.
Nous aurions aussi pu les laisser à leur destin, mais ce n'aurait pas été conforme à l'humanité qui nous anime. Nous avons demandé aux photographes de ne pas filmer dans le centre médical et je n'ai aucune idée de par qui et quand la photo a été prise mais Dieu ne laisse jamais les bonnes actions dans l'oubli. Cette photo montre la différence entre les Israéliens et nous.
Interrogé sur le laps de temps entre les tirs de grenades assourdissantes sur le bateau, au début du rais, et les coups de feu, le Dr Uysal répond : « J'étais sur le pont inférieur, mais je pouvais entendre les explosions et les coups de feu. Je suis incapable de distinguer les coups de feu des autres sons – je ne suis qu'un médecin après tout. »
Après la prise de contrôle du bateau par l'armée israélienne, le docteur dit ne pas avoir été traité différemment des autres passagers :
Ils nous ont tous menottés avec des liens en plastique si serrés qu'ils auraient facilement pu causer des dégâts irréversibles aux épaules. Ils nous ont fait mettre à genoux, les mains menottées alors que les hélicoptères ont causé des projections d'eau de mer sur nous pendant trois heures. Je criais que j'étais un médecin et que mon épaule me faisait très mal. Ils ont fait mine de ne pas m'entendre. Je voulais aller aux toilettes mais ils ne m'y ont pas autorisé. Après que j'ai continué à crier au sujet de mon épaule, ils ont desserré mes liens mais pas ceux de mes amis.
Mardi, le journal turc Hurriyet a publié un entretien avec Murat Akinan, l'homme qu'on voit debout près du Dr Uysal dans les photos de lui en train de soigner un commando Israélien, et qu'on voit dans une autre photo emmener l'Israélien à l'intérieur du bateau.
M. Akinan a précisé que le soldat capture lui avait été confié par Bulent Yildirim, le directeur de l'organisation [humanitaire] turque IHH qui lui a dit : « Murat, emmène le et assure toi de sa sécurité. Sois prudent, ne laisse personne le toucher. »
Puis, M. Akinan a déclaré, "Je l'ai emmené en bas en criant, 'Stop! Personne en touchera à cet homme qu'on m'a confié.' »
Il a ajouté: "J'ai appelé le médecin à bord et lui ai demandé des soins. Deux autres soldats sont arrivés. Les gens réagissaient. J'ai fait en sorte que tous trois soient soignés. J'ai dit à deux ou trois personnes de confiance que nous ne permettrions à quiconque de les toucher. »

Selon M. Akinan, pendant l'interrogatoire qui a suivi pendant sa détention en Israël, on lui a montré une photo dans laquelle le soldat qu'il conduisait à l'intérieur du bateau était frappé malgré ses efforts.
"Je leur ai dit que je n'avais pas pu arrêter tout le monde, » a-t-il dit. Il a aussi affirmé que ceux qui l'interrogeaient avaient admis que les photographies montraient qu'il avait agi avec bonne volonté » envers le captif Israélien sous sa protection.

Mise à jour: Un ami turcophone de The Lede a eu l'amabilité de traduire le récit complet du témoignage oculaire sur le raid par Sefik Dinc, le journaliste Turc qui a pris les photos publiées dans le diaporama du journal turc cité plus haut. Afin d'être exhaustif, voici la traduction de ce texte qui a été publié par HaberTurk avec les photos prises par M. Dinc :
Dans le cadre de la campagne "Notre Route est la Palestine, Notre Route est Gaza », le Mavi Marmara, un bateau transportant de l'aide pour la Palestine, comptait 16 journalistes Turcs à son bord. Sefik Dinc, le reporter du journal était parmi eux. Les photos prises par Dinc ont pu être ramenées en cachette.
**
Sefic Dinc a vécu chaque seconde de la pression exercée par les commandos israéliens. Il explique ainsi ce qu'il a vu :
**
"En partance pour Gaza le 22 mai, le Mavi Marmara, le navire amiral de la flottille a quitté Sarayburnu avec 16 journalistes à bord. J'étais parmi eux, représentant HaberTurk.
**
J'étais sur le pont inférieur du bateau en train de discuter avec des amis journalistes quand nous avons soudain vu des Zodiacs arriver. J'ai appelé des amis de l'autre côté du bateau pour leur sire que les soldats Israéliens étaient arrivés. Leur réponse a été 'Les Zodiacs sont de l'autre côté. ' De 10 à 15 soldats se trouvaient dans chacun des Zodiacs qui bloquaient les deux côtés et l'arrière du bateau, et deux frégates se trouvaient à un peu plus de deux kilomètres.
**
Des grenades assourdissantes, fumigènes et lacrymogènes étaient tirées à bord depuis les Zodiacs. Certaines des bombes tombaient dans la mer quand elles touchaient le bateau et d'autres arrivaient sur le pont côté tribord. Ca a été la panique chez ceux qui étaient assis sur le pont où sont tombées les bombes lacrymogènes.
Un groupe de personnes projetaient de l'eau sur les Zodiacs tandis que d'autres les éclairaient avec des lampes.
Pau après les attaques par les Zodiacs; l'hélicoptère de type Sikorsky a commencé à s'approcher du bateau. Se plaçant au dessus du navire, l'hélicoptère a amorcé une lente descente et je me suis déplacé pour pouvoir prendre de meilleures photos.
Je n'avais ni gilet pare balles, ni masque à gaz, ni gilet de sauvetage. Et l'hélicoptère descendait vers le poste de pilotage. Quand il s'en est trouvé à environ trois mètres, les commandos ont commencé à descendre le long de cordes.
**
Les trois commandos Israéliens qui sont descendus par une corde vers la cabine de pilotage ont commencé à se battre avec les volontaires qui les attendaient sur le bateau. Dans la mêlée, un soldat a presque été jeté à la mer mais certains membres du groupe s'y sont opposés. Les soldats neutralisés ont été ensuite emmenés dans le hall du pont inférieur.
**
Des militants ont assisté un des leurs blessé suite aux coups de feu tires, l'emmenant en bas sur une civière.
Au moment où les soldats Israéliens ont été désarmés, le bruit des tirs venus des hélicoptères a commence à changer. Les balles en caoutchouc tirées par les commandos Israéliens étaient désormais des balles réelles.
**
La plupart des militants qui sont morts ont été tués par ces tirs. J'essayais à la fois de saisir ce qui se passait avec des photos tout en essayant en même temps de me protéger en me cachant quelque part. Quand j'ai vu des passagers blessés gisant sur le sol, j'ai compris que les balles pouvaient atteindre le pont sur lequel je me trouvais. La plupart de ceux qui ont été touchés se trouvaient sur le pont supérieur du bateau. Cependant, il y a eu aussi des morts et des blessés sur le pont inférieur. Les médecins et certains militants qui ont vu les morts disent que deux personnes ont été tuées par des balles à la tête.

Libellés : , , , , , , , ,

posted by Djazaïri at 7:40 PM

2 Comments:

Anonymous Anonyme said...

Bonjour,
Vous avez oublié le lien de l'article original :

http://thelede.blogs.nytimes.com/2010/06/09/turkish-doctor-describes-treating-israeli-commandos-during-raid/

Amicalement

Lou

11 juin 2010 à 14:43  
Anonymous nikonekro said...

Il n'y a ni "amis" ni "ennemis" dans le serment d'Hippocrate...seulement le devoir de soigner quiconque en présentant le besoin.

12 juin 2010 à 01:47  

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home

Palestine Blogs - The Gazette