dimanche, janvier 31, 2010

Bookmark and Share

Supporters de l'équipe de football du Betar, supporters de la haine raciale

Depuis quelques années le football est le prétexte à de nombreuses dérives chauvines qui s'expriment lors de compétitions internationales, nationales et même parfois locales. Des exemples récents en ont été fournis par les matchs qualificatifs pour la coupe du monde 2010 entre les équipes d'Algérie et d'Egypte, ou encore dans un match comptant pour le championnat de France. Un certain nombre de facteurs convergents expliquent ces dérives: le rôle de plus en plus important de l'argent dans ce sport et les activités qui en dépendent, même dans des pays en voie de développement, les encouragements des couches dirigeantes toutes heureuses de canaliser le ressentiment de leurs concitoyens vers des boucs émissaires étrangers; une politique plus ou moins consciente qui cherche à détourner les gens de la politique et de leurs véritables problèmes. Une démarche facilitée aujourd'hui par l'existence de media de masse, télévisuels notamment.
Nous sommes désormais fort éloignés de l'époque où le sport, dont le football, prolongeait la politique tout en respectant sur le terrain l'éthique et les valeurs sportives ainsi que le démontrèrent en leur temps l'équipe de football du FLN ou les athlètes Américains John Carlos et Tommie Smith aux JO de 1968.
On sait l'importance accordée par Hitler aux performances sportives de la race supérieure ou encore le rôle joué par le sport en tant que vitrine des réussites du communisme. Le sport peut effectivement accompagner les idées porteuses de haine ou sectaires comme celles qui prônent l'amitié. L'article que je vous propose évoque justement un club de football emblématique d'une idéologie sectaire, le sionisme. Ce club est celui du Betar Jérusalem, fondé justement par le Betar, c'est-à-dire le mouvement sioniste dirigé par un fasciste  que Mussolini appréciait au point d'accueillir dans son pays une école navale du Betar. Un parti qui a vu entre autres figurer dans ses rangs les respectables Tzipora Livni et Ehoud Olmert ou encore le "spécialiste" du proche orient Frédéric Encel.
Miliciens du Betar en uniforme à Berlin en 1936


Le match entre un club de football qui représente l'extrême droite juive et un autre qui comporte des joueurs Arabes déchaîne les passions.
par RICARDO MIR DE FRANCIA, El Periodico (Espagne) 31 janvier 2010 traduit de l'espagnol par Djazaïri

Plus d'un Barcelone-Real Madrid, ce serait une sorte de Celtic-Rangers, un duel qui transcende l'aspect purement sportif pour cheminer dans les méandres piégés de la religion, de la politique et de l'identité nationale. Aucun match de football ne suscite autant de passions en Israël que ceux disputés entre le Betar Jerusalem, l'équipe de la droite ultranationaliste juive, et Bnei Sakhnin, le vaisseau amiral de la minorité arabe [autochtones Palestiniens, NdT] en Israël. Les deux équipes se sont affrontées la semaine dernière dans la ville sainte. Sur la pelouse, un match qu'on peut oublier, sur les gradins, un cri répété: "Guerre, guerre, guerre."
La rivalité qui oppose les supporters des deux formations, surtout les plus extrémistes d'entre eux, est apparue avec évidence quand la modeste équipe de Bnei Sakhnin, club d'une petite ville de 25 000 habitants en Galilée, a remporté pour la première fois la coupe d'Israël en 2004. La Famille, ainsi que se fait appeler le groupe des ultras du Betar, avait fait paraitre alors un communiqué dans le journal à plus grand tirage du pays, annonçant la mort du football israélien. Jamais un joueur Arabe n'a évolué au Betar, à la différence de celui de Sakhnin où Arabes et Juifs portent le même maillot.

Haine contre les Arabes
"Les supporters du Betar sont très à droite, ils détestent simplement les Arabes," nous dit à l'entrée du stade un jeune homme d'une vingtaine d'années, vêtu de la chemise jaune et noire de l'équipe locale et qui tient à la main une boisson à la vodka. Son ami essaye de le faire taire. Cette présentation ne lui plait pas. Il veut expliquer. "Le club de Sakhnin représente le terrorisme arabe. Ils veulent faire de ce pays un émirat islamique. Israël est synonyme de liberté et nous sommes des patriotes." 
A l'intérieur du stade, les notes de l'hymne israélien, la Hatikva (L'espoir), précèdent le coup d'envoi. C'est le prélude à tout un répertoire d'amabilités proférées contre les 200 supporters seulement de Bnei Sakhnin qui ont accompagné leur équipe. "Nous allons brûler la terre sous leurs pieds", "Muhammad n'est pas un prophète, ce n'est qu'un Arabe", ou "Guerre, guerre... nous parlons de Gaza". Dans le public, quelques femmes, de nombreuses kippas de Juifs religieux. Pendant la mi-temps, certains vont  à la recherche d'un espace pour prier entre le bar et les toilettes. Faute de châle de prière, ils se couvrent la tête avec le drapeau du Betar.
Les chants de la Famille emplissent le stade Teddy Kollek, appelé populairement L'Enfer. En plus d'une occasion, ces chants ont coûté des sanctions au club. Pour certains supporters, ce sont des motifs constants de honte. "Si vous voulez voir le plus mauvais visage d'Israël, vous êtes au bon endroit," nous dit un supporter. Comme quand ils avaient interrompu la minute de silence à l'occasion du douzième anniversaire de la mort d'Itzhak Rabin, en chantant le nom de son assassin et en acclamant les colons.
L'ultranationalisme du betar est imprimé dans ses gènes. Depuis sa création en 1936, le club a été associé au Betar, un mouvement de jeunesse fondé par Zeev Jabotinsky, le père du sionisme révisionniste et l'idéologue de la droite israélienne. Ses militants, qui adopteront comme tenue officielle la chemise noire de l'Italie fasciste de Mussolini, fourniront les premiers membres de l'équipe.
A ses débuts, l'équipe fut temporairement interdite de stades après l'arrestation et la déportation par les autorités mandataires britanniques de certains de ses joueurs pour leurs activités politiques. La ligne de démarcation entre le Betar et des organisations comme l'Irgoun ou le Lehi - guerillas de libération nationale pour certains, organisations terroristes pour d'autres - n'a jamais été claire. Leurs dirigeants, Menahem Begin et Itzhak Shamir passèrent par le Betar, de même que d'autres futurs premiers ministres ou dirigeants comme Ehud Olmert et Tzipi Livni.

Demande de pardon

Cet ADN politique distingue le Betar d'autres clubs israéliens dont une partie du nom est Hapoel ou Maccabi, issus des mouvements de jeunesse de la gauche sioniste. Il n'y a pas longtemps qu'Aviram Baruchyan, le capitaine du Betar, a dû demander pardon aux supporters après avoir décalré qu'il lui plairait de voir un Arabe jouer dans son équipe.
Dans les gradins, le débat est ouvert. "C'est un sujet très sensible. Les supporters exercent une forte ression pour maintenir le caractère juif de l'équipe," déclare un supporter quadragénaire venu avec son fils. Son ami relativise le problème. éQuand le chien aboie, il ne mord pas. Pourquoi pas un joueur Arabe s'il est bon? Ils finiraient par s'y faire," affirme-t-il. Le sujet est clos. 1 à 0 pour le Betar et tout le monde à la maison pour dormir.

Libellés : , , , , , , ,

posted by Djazaïri at 9:10 PM

0 Comments:

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home

Palestine Blogs - The Gazette