mardi, décembre 22, 2009

Bookmark and Share

Le judaïsme, race ou religion?

Un internaute, Philippe, conclut "les juifs ne sont pas une race ce que prétendaient les partisans de l'apartheid. je vous signale d'ailleurs que les principaux blancs contre l'apartheid étaient des juifs ou, comme on dit sur ce site."
Je ne conteste pas que parmi les Blancs qui luttaient contre l'apartheid figuraient de nombreux Juifs comme Joe Slovo ou Ronnie Kasrils. Je me bornerai cependant à remarquer qu'ils n'étaient pas sionistes. Kasrils, qui se porte encore bien, n'a pas trahi ses idées anticolonialistes. A aucun moment on n'a postulé ici l'identité entre sionisme et judaïsme.

Maintenant, le judaïsme est-il une race ou une religion?

Philippe s'insurge contre cette question qui heurte effectivement une tradition française.  Les Juifs Français par exemple, avaient accueilli très favorablement la révolution française qui leur donnait la qualité de citoyens égaux en droit et en devoirs; et par la même l'occasion d'échapper à la tutelle pesante du rabbinat. Je ferai simplement remarquer que la France n'est pas le monde et qu'en Europe orientale, en Russie nommément, les juifs ont été considérés comme une nationalité au même titre que les Musulmans par exemple. C'est dans ce terreau d'Europe orientale qu'est né le sionisme politique.
Cette question du judaïsme comme race a défrayé la chronique [juive] tout récemment au Royaume Uni, ce bon vieux pays totalitaire.
De quoi retourne-t-il?
Tout simplement qu'une famille juive s'est vue refuser l'inscription de son enfant dans une école confessionnelle juive au motif que la maman était une convertie et que sa conversion n'était pas reconnue par la tendance orthodoxe [et majoritaire dans le monde juif] de cette école.
Et que cette famille a décidé de poursuivre en justice l'école en question pour infraction à la législation sur la discrimination raciale. Et que l'école a été condamnée pour avoir exclu des enfants non considérés comme ethniquement juifs du fait que leur mère n'est pas considérée comme juive (malgré une conversion!).
C'est bien le seul cas d'une religion où un acte de foi ne peut pas vous valoir la qualité d'adhérent de cette religion et est subordonné à un critère de lien de sang.
Alors à la question le judaïsme est-il une race ou une religion, la Cour Suprême britannique a répondu: il s'agit d'une "race" et les institutions juives ne sauraient donc discriminer à raison d'un motif racial, car c'est illégal. L'article oppose d'ailleurs cette pratique à celle des écoles catholiques qui demandent un certificat de baptême, ce qui ne se transmet pas par le sang.

Le judaïsme est-il une race ou une religion?
par Sholto Byrnes, The New Statesman (UK) 17 décembre 2009 traduit de l'anglais par Djazaïri

Les tribunaux commencent à en décider

Selon le verdict rendu hier par la Cour Suprême de Grande Bretagne, la JFS (anciennement Jewish Free School) du nord de Londres s'est rendue coupable de discrimination illégale en refusant l'inscription d'élèves dont elle ne considérait pas les mères comme des juives "convenables." Comme je l'avais déja écrit à propos de cette affaire, la décision d'inscrire ou pas les candidats dépendait de la reconnaissance par les services du Grand Rabbin de la qualité de juive de leurs mères - ce qui signifie plus précisément, juive orthodoxe. Ne saute-til pas immédiatement aux yeux qu'il serait juste que ceux dont les mères sont des Juives progressistes, libérales ou réformistes devraient pouvoir entrer eux aussi dans cette institution réputée?

Ceux qui n'aiment pas l'idée d'écoles religieuses se sont réjoui en bloc de cette décision en partant du principe qu'ils trouvent que tout critère d'admission religieux est détestable et discriminatoire. Mais nous nous trouvons désormais dans une situation où les écoles religieuses catholiques et musulmanes pourraient avoir une plus grande latitude pour déterminer l'éligibilité d'un élève que n'en disposera la JFS à l'avenir. Personne ne s'attend, par exemple, à ce que des écoles catholiques donnent la même priorité à des enfants d'Anglicans pratiquants. Mais la décision du tribunalsemble à coup sûr contraindre la JFS - une école orthodoxe - à âtre plus ouverte à d'autres branches du judaïsme.

Ce qui complique encore les choses est que le dossier a été plaidé sur la base de la discrimination ethnique, pas religieuse (raison pour laquelle je ne prends pas au sérieux la suggestion d'Ed Ball pour qui cette décision pourrait menacer les critères d'admission de toutes les écoles confessionnelles, conclusion alarmante à laquelle avait abouti le Daily Telegraph en conclusion de son article sur cette décision). La JFS, selon les attendus de la décision, a exclu des enfants qu'elle ne considérait pas ethniquement Juifs parce que, aux termes de la loi halachique, cette qualité n'est reconnue qu'à ceux qui ont une mère juive.

Comme le New York Times le rapporte, dans un article bien moins hystérique:

"Une chose est claire au sujet du critère matrilinéaire; c'est un critère d'origine ethnique," a affirmé Lord Phillips, président du tribunal, dans son arrêt rendu à la majorité des juges. Selon la loi, "Par définition, la discrimination basée sur ce critère est une discrimanation sur un principe racial."

Le Service de l'Education Catholique a déja riposté à la décision du tribunal en disant:

Ce qui constitue l'appartenance à une foi ou à une dénomination religieuse devrait être une matière à laisser à la détermination de cette confession. Que toute autre autorité envisage de le faire à la place du groupe religieux, ou qu'un corps extérieur à l'organisation religieuse affirme la prééminence de sa décision relative à l'appartenance religieuse est un état de fait triste et de nature à discréditer. 

Mais il ajoute aussi: "Il importe, tout en signalant notre sympathie avec nos frères et soeurs Juifs, de rappeler que ce jugement ne devrait pas avoir d'impact sur les écoles catholiques. Parce que la définition du catholique repose clairement sur le baptême et non sur un quelconque aspect ethnique ou autre."

Notes ces quelques derniers mots, "aspect ethnique ou autre." L'argument selon lequel les Juifs constituent un groupe ethnique aux termes du race relations Act de 1976 et du Public Order Act de 1986 a été un facteur important dans un procès à Leeds cette année où deux hommes ont été condamnés d'incitation à la haine raciale contre les Juifs (je dois ajouter que si la nature antisémite des matériaux qu'ils ont publié ne fait pas de doute, ils font appel de leurs condamnations sur d'autres bases).

Témoin appelé en qualité d'expert pour trancher cette affaire, le professeur Dan Coh-Sherbok, est un homme d'esprit libéral, un universitaire distingué et rabbin d'une synagogue réformée. Il n'est pas dans sa nature de pratiquer la discrimination contre quiconque, et encore moins d'agir d'une manière contraire à la préservation et à la bonne santé de la communauté juive. Il me semble néanmoins que si ce cas devait faire jurisprudence, laissant entendre que la judéité devrait être considérée comme une question d'ethnicité, le simple fait d'avoir des écoles juives pourrait poser problème.

Le New york Times cite aussi David Lightman, un ancien élève de la JFS dont la famille a été affectée par la politique de recrutement de l'école. "'Dieu peut arranger ça', a déclaré Lightman. 'C'est un grand garçon; il est dans les parages depuis longtemps. Il peur décider qui est Juif et qui ne l'est pas.' "on peut bien essayer d'être d'accord avec lui, il n'empêche qye la décision de la Cour Suprême signifie que ce n'est plus seulement l'affaire de Dieu ou du Grand Rabbin. La loi aussi a désormais son mot à dire sur cette question, -- et c'est quelque chose dont toutes les personnes concernées devraient en fin de compte se mordre les doigts.

posted by Djazaïri at 7:43 PM

21 Comments:

Blogger philippe said...

Décidément vous m'êtes sympathique, malgré vos opinions détestables, par votre acharnement à vouloir avoir raison. Mais votre acharnement ,n'a d'égal quele mien. Je reprends donc: 1) le judaïsme n'est évidemment pas une race, seuls les nazis le pensaient. Et au demeurant quelle race commune peut-il y avoir entre un juif norvégien, un yéménite ou un éthiopien?2) S'agissant d'un peuple je trouve léger de se reposer sur un tribunal britannique pour en décider.Il vaut mieux, me semble-t-il, se référer à Sartre pour lequel le Juif est défini par l'antisémite mais il précisait qu'il ne parlait dans ses réflexions que du juif inauthentique. Pour le juif authentique la définition la plus générale est celle-ci: est juif celui dont les enfants sont juifs. J'ajoute qu'évidemment sont juifs ceux qui sont convertis. Aujourd'hui pour des raisons de chapelle le judaïsme orthodoxe et les judaïsmes réformés et conservateurs se disputent sur leur habilitation respective à pratiquer des conversions mais cela n'a rien à voir avec le problème théorique.S'agit-il alors d'une nation? Je me réfèrerai à la définition de Renan dans une conférence de 1882."Une nation est un principe spirituel qui ne peut être assuré ni par la race,ni par la langue, ni par les intérêts, ni par l'affinité religieuse, ni par la géographie, ni par les nécessités militaires. Ce qui compte le plus pour l'édification d'une nation c'est le désir de partager au présent un destin commun, dans le souvenir d'un legs reconnu par tous." Ce texte est une réponse à la définition que recherchait Sartre du juif authentique.

22 décembre 2009 à 23:06  
Blogger Djazaïri said...

Votre point de vue et celui de Sartre n'ont aucun intérêt ou importance à côté de celui des Juifs eux-mêmes. Le tribunal anglais a tranché la question en se référant à la définition fournie par les rabbins orthodoxes eux-mêmes: est Juif celui ou celle qui est de mère juive.
Avec vous on a affaire au "juif imaginaire", plus précisément celui qu'imaginent les Français qui n'a pas grand chose à voir avec le Juif tel qu'il se définit par ses rabbins et son Talmud.
Je n'invente rien. Tout ce que j'écris est étayé par des documents mis en lien (et ce sont comme on dit des sources généralement grand public, rien à voir avec des sites spécialisés dans l'antisémitisme).
Pour votre gouverne, je ne suis pas antisémite, au sens ou j'éprouverais une hostilité viscérale envers les Juifs jusqu'à les accuser de presque tous les malheurs du monde. Je n'ai pas de problème avec le juif lambda, collègue de travail ou, autrefois, camarade de classe. Que chacun puisse vivre au mieux, heureux si possible, auprès de ses proches si c'est ce qu'il souhaite. Je ne crois pas non plus que les Juifs soient d'une espèce inférieure car je crois profondément en l'égalité des êtres humains. Et ma pratique est conforme à mes idées.
Pour ces mêmes raisons, je condamne fermement le sionisme en tant qu'idéologie colonialiste et raciste (pléonasme, je vous l'accorde).
En passant, Renan était un antisémite intégral et conséquent puisqu'il mettait Juifs (les Séfarades qu'il connaissait du moins) et Arabes dans le même sac.

22 décembre 2009 à 23:30  
Anonymous Anonyme said...

La plus grande connerie du (des) siécle(s) au sujet d'une prétendue race juive. Les tests ADN les plus récents nous démontrent que les Kurdes, les Pachtouns, une forte minorité de Palestiniens, les Lembas d'Afrique, les Majorquins, les Karenims d'Asie etc, ont les mêmes marqueurs ("kohanim") que la majorité des juifs séfarades et d'une bonne partie des juifs d'Europe. Sachant qu'aux 4 coins de la planète, et cela s'avère encore plus vrai que jamais grâce aux progrès de la science génétique, des jaunes, des noirs, des berbères ou des sud-américains se rattachent au judaisme est bien la preuve que tous les crétins racialistes: Gobineau, Maurras, Hitler, Céline, Lepen, Gouasmi et tant d'autres se sont bel et bien plantés, ou continuent pour certains à répandre leur immonde venin !

23 décembre 2009 à 10:12  
Blogger Djazaïri said...

Amusant de voir Gouasmi rangé dans le même sac que Gobineau. Pour faire bonne mesure il aurait fallu ajouter Arthur Ruppin (cf ce blog) et Golda Meir.
La notion de race est en réalité à proscrire. Ceci dit, les Berbères ne se rattachent pas au judaïsme. Ce qui est sûr par contre, c'est que les Juifs Nordafricains sont... des Nordafricains comme les Musulmans d'Afrique du Nord.

23 décembre 2009 à 11:06  
Anonymous grosdada said...

Bonjour,

L'arrêt de la Cours Anglaise est extrêmement important.

Il enchaîne, avec un humour très limité, un raisonnement en acier, qui, si vous le teniez en France vous conduirait au tribunal.

Cette page mériterait plus de diffusion.

23 décembre 2009 à 16:51  
Anonymous Anonyme said...

Les principes de la religion sont une chose, les pratiques qui les prennent pour base en sont une autre. Les principes sont absolument indépendants du temps et de l'espace. Les pratiques changent selon l'époque et selon le lieu.

Si un homme atteint le coeur de sa propre religion, il atteint également le coeur des autres religions.

La vie sans religion est une vie sans principe, et une vie sans principe est comme un bateau sans gouvernail.

[Gandhi]

23 décembre 2009 à 20:58  
Anonymous Anonyme said...

Elle est bien bonne celle là, les juifs du Maghreb sont de vrais " nord-africains" !!!!!!!! Avec un statut humiliant de "dhimmis" et le confinement dans les mellahs !
Chassés et spoliés comme des malpropres au nom de l'antisionisme à coup de pogromes bien antérieurs à 1948 (dernier grand pogrom Oujda au Maroc) !
En fait c'est l'antijudaisme multi séculaire des pays musulmans (à l'exception toute relative de la Turquie) qui a alimenté le sionisme justement, comme le nazisme a poussé qq sionistes à négocier une éventuelle émigration de milliers de juifs menacés de mort vers la Palestine, et que la propagande actuelle tente misérablement de faire passer pour de la collaboration. La vraie collaboration, c'est la participation de milliers de musulmans kosovars au massacre de dizaines de milliers de juifs en ex Yougoslavie ! Et les 300 musulmans présents dans la milice de Darnand, c'était quoi, un incident ?

24 décembre 2009 à 12:01  
Blogger Djazaïri said...

Elle est bien bonne parce qu'elle est vraie. Par ailleurs, le statut de dhimmi n'était pas propre aux Juifs que je sache. La structure de la cité musulmane classique comprenait une répartition socio-ethnique. Par exemple dans ma ville d'origine en Algérie, il y avait le quartier juif, mais aussi le quartier des métis Algéro-Ottomans (Kraghla). D'autre part le mellah correspond au ghetto, type d'habitat que les Juifs ont toujours tôt fait de constituer sous la direction de leurs rabbins dès qu'ils en avaient la possibilité quand ils ne le revendiquaient pas. Allez place Grandclément à Villeurbanne le samedi; vous verrez que toute une partie de la place est monopolisée des Juifs qui se gardent de se mélanger aux non Juifs qui vaquent sur l'espace restant.
D'autre part, si j'étais pro Judaïsme, je chercherais à me convertir au judaïsme. Si j'étais pro-chrétien, je chercherais à me convertir au christianisme etc.
Au fait combien de Juifs dans l'armée nazie?
Et puis, il reste le fait avéré que les sionistes ont tout fait pour faire capoter les solutions qui auraient permis d'évacuer les Juifs menacés vers d'autres contrées que la Palestine. Je crois que Ben Gourion a dit une phrase fameuse à ce sujet; vous la retrouverez certainement dans vos archives, sinon je vous rafraîchirai la mémoire.

24 décembre 2009 à 12:16  
Anonymous Anonyme said...

Pour rafraichir la mémoire, il faudrait avoir des bases autres qu'Al Manar (promoteurs en continu des Protocoles de Sion) ou la plupart des médias antijuifs d'Orient qui diffusent Mein Kampf en boucle!
Des juifs dans l'armée nazie ? Et sûrement choyés par Hitler, Goering ou Goebbels, des gens très philosémites qui fouillaient dans la généalogie avec une obsession cadavérique! Non faut arrêter de fumer la moquette, mais des "mischling" (ou métis) oui, dont on a gommé 1/4 ou 1/8 ème des origines, ça ne fait pas d'eux des juifs pour autant. Arnaud Montebourg et Edith Piaf avaient respectivement un grand père et une gd mère kabyles, ce sont des chrétiens qui ne peuvent en aucun cas être assimilés à des musulmans!
Continuez à traficoter l'histoire, mais le résultat est là: plus de 5,5 millions de victimes juives rien qu'en Europe, dont un bon tiers aurait pu être sauvé par des Yankees réellement antisémites (dont Patton) et qui ont refusé ferme de bombarder les voies d'accès aux camps ! Pendant ce temps les Oustachis et autres musulmans kosovars ratonnaient.....du juif bien sûr !
Mais la véritable histoire bouscule trop votre propagande, et je précise: je ne suis ni juif ni "pro sioniste", on sait jamais ici l'excommunication est facile !

24 décembre 2009 à 15:58  
Blogger Djazaïri said...

Pour discréditer, rien de tel que de citer les Protocoles des sages de Sion ou Mein Kampf, comme si l'auteur de ce blog utilisait ces "sources". Basse manoeuvre en vérité. Comme vous le savez, les nazis ne sont pas les seuls à fouiller la généalogie avec une obsession quasi cadavérique: les sionistes le font aussi et apparemment vous vous livrez vous-même à ce genre de sport.
Maintenant, vous voudrez bien m'expliquer le rapport entre les persécutions subies par les juifs en Europe et la colonisation de la Palestine (en dehors de l'explication par le droit divin puisque vous annoncez n'être pas juif).

24 décembre 2009 à 16:16  
Anonymous Anonyme said...

LA TECHNIQUE:
détourner le sens de l'intervention précédente à son profit, à la sortie ce qu'on obtient, un bon vieux négationnisme historique (et plein de non-sens) de derrière les fagots et même de la CENSURE,.......pour les messages pas assez anti sionistes (ou (juifistes") !
Tu parles d'une liberté d'expression.........à géométrie variable, genre Henriot , Goebbels ou Staline!

24 décembre 2009 à 18:43  
Blogger Djazaïri said...

Votre stratégie à vous consiste à déporter l'attention sur les classiques de l'antisémitisme européen afin d'obtenir un effet d'assimilation.
Je n'ai pas détourné le sens de votre message,j'ai simplement prolongé la logique de l'argument que vous m'imputez pour montrer qu'en réalité elle vous correspond.

24 décembre 2009 à 19:57  
Anonymous Anonyme said...

"Arnaud Montebourg et Edith Piaf ont des origines Kabyles"

Qu'elle est le rapport entre l'origine Kabyle,qui est un peuple comme tout peuple vivant sur une terre qui leur est propre,et la religion(peu importe laquelle)qui est un choix de la personne(quelle que soit la terre ou elle vit)?

24 décembre 2009 à 20:57  
Anonymous Anonyme said...

Le rapport, il suffit de lire les écrits négationnistes voire racistes sur "les juifs dans l'armée allemande" et vous comprendrez, sauf si vous faites semblant de ne pas comprendre !

25 décembre 2009 à 12:39  
Blogger Djazaïri said...

Le rapport c'est celui que font les rabbins orthodoxes qui définissent l'appartenance au judaïsme par le filiation maternelle. Il s'agit d'un critère biologique. C'est selon ces critères biologiques que les nazis procédaient à la définition de l'appartenance juive de tel ou tel (y compris de personnes qui ne se considéraient pas comme juives).

25 décembre 2009 à 12:45  
Anonymous Anonyme said...

Cela est faux et archi-faux, les nazis définissaient les juifs selon leur filiation paternelle ou maternelle sans la moindre distinction, remontant parfois plusieurs générations en arrière, alors que dans le judaisme, la filiation peut se perdre au bout d'une seule génération. Vos équations simplistes (mais hélas calculées): juifs = nazis, et qui fleurissent grâce à votre propagande répétitive ne peuvent que tomber à plat car aujourd'hui encore, comme dans les Balkans ou en Palestine avec le Gd Mufti, pendant la guerre, Hitler n'a pas trouvé de meilleurs alliés que ces musulmans pour qui il vouait une véritable admiration, du simple fait d'ailleurs de leur haine anti-juive multi séculaire ! Et sur ce constat incontournable, l'actualité nous en donne raison au jour le jour, c'est bien la réalité. Et il suffit tout simplement pour s'en convaincre de remplacer (dans les milliers de vomissements verbaux de vos semblables) le terme sioniste par celui de juif ! On appelle ça une "resucée" et ça me débecte vis à vis des qq juifs que je connais et qui n'ont rien à voir avec vos insultes quotidiennes partout sur le Net!!!!!!!!!!

25 décembre 2009 à 17:31  
Anonymous Anonyme said...

GROS MENTEURS !

25 décembre 2009 à 20:13  
Blogger Djazaïri said...

Filiation paternelle ou maternelle, il est toujours question de filiation biologique qui se perd effectivement par le mélange avec des non Juifs. D'où l'obsession des ultrasionistes d'empêcher les mariages avec des non Juifs. Confirmation donc de mes arguments.

25 décembre 2009 à 20:59  
Blogger Djazaïri said...

Filiation paternelle ou maternelle, il est toujours question de filiation biologique qui se perd effectivement par le mélange avec des non Juifs. D'où l'obsession des ultrasionistes d'empêcher les mariages avec des non Juifs. Confirmation donc de mes arguments.

25 décembre 2009 à 20:59  
Blogger philippe said...

Il n'y a pas que ceux que vous appelez des ultra sionistes qui luttent conte les mariages mixtes. Vos amis,les netoure karta, je suppose qu'ils le sont puisqu'ils apparaissent sur le site de Dieudonné, sont également farouchement opposés aux mariages mixtes. il suffit de voir comment ils ont accueilli le mariage d'une convertie, Mme Feraye avec leur chef: Amram Blau. Ma référence: son livre: Ruth Blau: les gardiens de la cîté.

30 décembre 2009 à 20:00  
Blogger Djazaïri said...

Mais que les autorités religieuses juives, orthodoxes ou ultra orthodoxes (cas de neture karta) soient opposées aux mariages avec des goyim, j'allais dire que c'est un problème juif. Je m'en tamponne. Ce qui m'intéresse par contre, c'est à quelle conception de la religion ça renvoie compte tenu de la difficulté de la conversion ou même de la reconnaissance de la conversion quand elle a eu lieu.

30 décembre 2009 à 20:38  

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home

Palestine Blogs - The Gazette