vendredi, novembre 06, 2009

Bookmark and Share

Aux USA, il y a tueries et tueries (avec ou sans Allah Akbar).

En attendant de voir si le tueur d'Orlando en Floride est musulman comme celui de la base militaire de Fort Hood au Texas, allons donc y voir de plus près dans cette dernière affaire.
On peut ainsi lire dans Ouest France que:
Selon un proche du tireur, le suspect, arrivé en avril dernier à Fort Hood, devait partir prochainement en Afghanistan et s’opposait fermement à cette mission.
Et que:
Le tireur aurait d’ailleurs crié « Allah Akbar » en ouvrant le feu. Selon le général commandant la base de Fort Hood, « il existe des témoignages de première main de soldats ici qui le disent »
Selon ce même commandant, cette dernière information reste cependant non confirmée à l’heure où j’écris ces lignes.

Quoi qu’il en soit, le président Obama appelle à ne pas tirer de conclusions hâtives, c’est-à-dire à ne pas stigmatiser la communauté musulmane des Etats Unis.
Êtrange façon d’aborder un incident qui, somme toute, montre la parfaite assimilation de cet Américano-palestinien, qui s’est livré à cette forme de course d’amok où le pistolet remplace le kris, et est caractéristique des éruptions de violence aux Etats Unis.
A la différence des courses d’amok qui s’effectuent avec une arme blanche (le kris), ne sont jamais préméditées et sont toujours le fait d’un seul homme, les tueries aux Etats Unis peuvent être ou non préméditées, se font toujours avec des armes à feu et impliquent parfois un groupe de tueurs.

Dans cette affaire, et pour schématiser, la presse nous renvoie l’image d’un homme agissant seul, sous l’emprise d’un fort conflit intérieur suscité par sa future affectation sur un théâtre d’opérations situé en Afghanistan.
On rappelle aussi que Nidal Malik Hassan exerçait non comme combattant mais comme médecin psychiatre et, à ce titre, confronté à la détresse et à la souffrance de ses compagnons d’armes rentrés blessés physiquement et psychologiquement de leurs missions en Afghanistan. Jusqu’à quel point un homme, fut-il médecin et psychiatre, peut-il absorber la désespérance humaine dont il sait qu’elle est le fruit d’une politique, reste une énigme même pour les professionnels les plus avertis.

Mais, car il y a un mais, la presse outre atlantique chante une chanson quelque peu différente de la version de l’implication d’un homme seul.

On peut ainsi lire dans une dépêche de l’Associated Press  datée du 6 novembre qu’il y aurait eu deux tireurs dans deux incidents séparés:

Le porte parole, le lieutenant colonel Nathan Banks a déclaré qu’apparemment deux tireurs étaient impliqués. On ne sait pour l’instant pas qui ils sont, ni les identités des victimes. Banks a indiqué que le deuxième incident a eu lieu dans un cinéma de l’immense base militaire.

Et comme le dit le site Cryptogon, ce second tireur, s’il n’a pas encore disparu de toutes les dépêches, ne tardera pas à le faire afin que l’opinion n’ait plus que ce soldat arabo-musulman à se mettre sous la dent.

Cryptogon nous renvoie vers le site économique Dow Jones où on peut lire:

Un deuxième tireur est en détention après une fusillade à la base militaire de Fort Hood au Texas au cours de laquelle au moins sept personnes ont été tuées et douze blessées, rapporte KCEN-TV de Waco. L’information vient deux heures après la capture d’un premier suspect, peu de temps après le début de la fusillade. Les autorités indiquent que les tireurs étaient en tenues militaires, même si on n’est pas certain de leur appartenance à l’armée. On ignore également si les victimes étaient des militaires ou des civils.

Ce deuxième tireur a été interpellé sur un terrain de… golf nous apprend CNN:


Un officier supérieur qui jouait au golf jeudi près de Fort Hood au Texas, a déclaré à CNN avoir assisté à l’arrestation d’un des deux suspects qui ont survécu à la fusillade dans la base militaire

Arrêté par la police militaire, mais pour être livré à des hommes en costume, autrement dit des agents du FBI, de la CIA ou d’un quelconque service secret.

Le nettoyage de l’information est en effet pratiquement achevé et nous resterons donc avec un Palestinien déséquilibré et/ou musulman pratiquant qui de toutes façons n’adhère pas à la politique guerrière contrairement aux autres citoyens des USA.
Le problème de la loyauté de ces citoyens de confession musulmane est désormais posé à  l’opinion US.

Reste que, comme le rappelle le Washington Post, ce n’est pas la première fois qu’un incident de ce genre a lieu aux Etats Unis. Ainsi, en 1995, un soldat avait ouvert le feu à Fort Bragg sur des parachutistes en formation, tuant un officier et en blessant 18 autres. Le tireur était un certain William J. Kreutzer.

Kreutzer, ça sonne pas franchement palestinien, non?

Libellés : , , , , , , , , , , , ,

posted by Djazaïri at 11:07 PM

4 Comments:

Anonymous Anonyme said...

Effectivement ,le but dirigé par les informatons déformées dans ces cas là , c'est de stigmatiser une fois de plus les musulmans intégrés dans les sociétés occidentales pour monter l'opinion public contre eux(Besson doit etre content).Si il y a effectivement un deuxieme tueur peut-etre lui d'origine occidentale,les médias n'en parlent pas car ce qui pourrait amener les gens à se poser la question de plus en plus sur la question de la présence des troupes Américaines en Iraq et en Afghanistan.

7 novembre 2009 à 09:50  
Anonymous Anonyme said...

Je ne crois pas du tout à la véracité de cette histoire telle qu'on nous la raconte - bien trop tôt dans les médias alors qu'elle a eu lieu au sein de l'armée. On sait très bien que les incidents qui se produisent dans l'armée sont résolus sous le boisseau loin de l'attention médiatique !... Sauf, bien sûr, quand cette attention médiatique est voulue et recherchée à des fins de propagande pro-guerre and arabo-islamophobe.

La photo du médecin-militaire US d'origine palestinienne nous est offerte en patûre pendant de longues secondes pour bien imprégner notre psyché de la supposé menace que représentent ces gens-là... même apparemment intégrés.

Je pense que c'est un événement sous fausse banière (dont le médecin-militaire est une victime innocente alors que les vrais tueurs de la CIA/Mossad seront épargnés) qui permettra aux autorités US de persécuter administrativement les arabo-américains comme elles l'avaient fait des nipo-américains pendant la guerre. Cela permet aussi, comme vous le faites remarquer, de présenter à l'opinion publique, tout en le créant de toutes pièces, le "problème" arabe aux Etats-Unis.

Il ne faut pas oublier que Barack Obama n'a strictement rien fait pour CONTRAINDRE Israël a cesser la colonisation et les massacres de Palestiniens et à mettre fin au blocus meurtrier alors que le Rapport Goldstone a été adopté par l'Assemblée Générale de l'ONU. Alors, dans le but de ne pas perdre la face, les autorités américaines (ou le Mossad en électron libre sur le territoire US) "inventent" cet incident pour bien faire accepter à l'opinion publique qu'Israël a raison de continuer dans la voie criminelle qu'elle suit depuis plus de 60 ans, et qu'elle serait dans un cas de légitime défense !!!...

Cet événement est un blanc-seing donné à Israël par les Etats-Unis qui la soutiennent inconditionnellement à travers son puissant lobby juif sioniste criminel.

7 novembre 2009 à 10:11  
Anonymous Anonyme said...

Au point ou nous en sommes de la connaissance de l'affaire, ne serait-il pas judicieux de faire un parallèle entre l'itinéraire de ce psychiatre et celui de Frantz Fanon (psychiatre lui aussi)? On pourrait aussi rapprocher ce geste de celui de Zidane tel qu'analysé par Nabe.

7 novembre 2009 à 13:02  
Blogger Oumelkheir said...

Je pense que cette analyse tient bien la route, même si j'en ai fait une autre lecture personnellement... Les américains nous ont habitué aux pistes tortueuses alors... même si leurs médias offrent toujours des solutions simplistes à leur public.
Mais ce qui me fait rire, c'est que dans leurs films ou bien dans leurs séries du genre de "NCIS", "Les experts" et autres.... leurs "agents" sont toujours les plus intelligents, les plus perspicaces, les plus forts, et pourtant à chaque fois on nous raconte que malgré toutes les indications, les "agents" du FBI ou de la CIA, n'avaient rien vu. Comme pour le 11/09 ou pour cette fois-ci. Ou pire encore, ils avaient bien décelé le probleme mais l'information n'a pas été relayée. C'est grave, non? Alors ces américains forts et intelligents ou bien définitivement bêtes et suffisants?
Voir ici par exemple :
http://www.youtube.com/watch?v=iT9oK56sAl8

Ou ici :
http://www.google.com/hostednews/canadianpress/article/ALeqM5ganW6XM6eO5nc3X4ja0ub7bPWr8w
"Récemment, les agents fédéraux s'étaient montrés plus soupçonneux. Il y a six mois, Hasan avait attiré leur attention en raison de messages sur Internet évoquant des attentats-suicide et autres menaces. Il faisait l'analogie dans ses mails entre l'abnégation de militaires donnant leur vie pour sauver leur peloton, et les kamikazes".

15 novembre 2009 à 08:07  

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home

Palestine Blogs - The Gazette