vendredi, novembre 14, 2008

Bookmark and Share

Une affaire type RER D en Allemagne (sans RER)

L’antisémitisme, au sens qu’on lui donne en Europe de haine anti juive basée sur des stéréotypes est un sentiment condamnable au même titre que toutes les formes de racisme.
Comme la plupart d’entre vous, je ne pense pas qu’il y a un racisme avec un grand R et d’autres racismes avec un r minuscule. Il y a le racisme qui cible telle ou telle catégorie de population.
S’agissant de l’antisémitisme (au sens d’hostilité aux Juifs), il semble que toutes les démarches médiatiques, éducatives et politiques pour en faire un racisme d’exception aboutissent à son contraire, c’est-à-dire l’exacerbation de sentiments anti juifs chez ceux qui les éprouvent déjà et facilitation de la manifestation de ce genre de sentiments chez ceux qui en étaient indemnes (personnellement je pense que c’est le but de la manœuvre). Et puis ça aboutit aux
résultats dramatiques voire simplement navrants (affaire dite du RER D) que vous connaissez déjà, auxquels celui relaté ci-dessous vient s’ajouter.

Une jeune femme condamnée pour mensonge sur une svastika
BBC (UK) 14 novembre 2008 traduit de l’anglais par Djazaïri

Une jeune Allemande qui s’était vue décerner une récompense pour « courage citoyen » pour avoir prétendument défendu un enfant immigré contre des néo Nazis a été reconnue coupable d’avoir inventé cette histoire.
La jeune fille âgée de 18 ans – nommée Rebecca K – avait taillé une svastika sur sa propre cuisse, a conclu la cour, rejetant ses dires selon lesquels c’était l’œuvre de néo Nazis.
Elle avait reçu en février une récompense d’une association berlinoise qui milite contre la violence d’extrême droite.
Elle avait affirmé que quatre hommes l’avaient agressée dans la ville de Mittweida.
Dans sa décision de vendredi le tribunal de Hainichen dans l’est de l’Allemagne lui a infligé 40 heures de travaux d’intérêt général.
Les médecins qui l’ont examinée ont attesté que la svastika s’avérait relever de l’auto mutilation. Elle avait 17 ans – mineure – au moment où elle avait rapporté les faits à la police.
Elle affirmait être venue à l’aide d’un enfant immigré que quatre néo Nazis qui l’avaient jetée au sol et gravé la svastika sur sa peau.
L’enquête n’a pu trouver aucun témoin pour corroborer son récit, indique la presse allemande.
Son histoire avait fait la une des journaux dans toute l’Allemagne à l’époque, conduisant à la multiplication des enquêtes d’opinion sur la montée de la violence néo nazie.

Libellés : , , ,

posted by Djazaïri at 8:52 PM

1 Comments:

Anonymous Anonyme said...

Bonjour,

Merci pour les informations que vous nous donnez régulièrement et qui sont très intéressantes ! Pour ma part, je vouslis régulièrement.

Cordialement.

14 novembre 2008 à 22:41  

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home

Palestine Blogs - The Gazette