samedi, février 02, 2008

Bookmark and Share

George Habache vu par Angry Arab

La contribution de George Habache à la lutte palestinienne
As'ad AbuKhalil, The Electronic Intifada, 30 Janvier 2008 Traduit de l'anglais par Djazaïri
d
J'ai passé plus de la moitié de ma vie aux USA et je n'ai jamais ressenti mon aliénation comme je l'ai ressentie le jour où j'ai vu George Habache, le révolutionnaire palestinien décédé la semaine dernière, qualifié de "tacticien du terrorisme" dans une nécrologie à la une du New York Times. Que faites vous quand on veut vous persuader que l'homme bon et affable que vous avez connu et respecté en tant que personne est un terroriste alors que vous savez que la vérité est toute autre? Est-ce que vous ergotez vainement sur leurs définitions? Est-ce que vous regardez en arrière pour relire les nécrologies chaleureuses qu'ils avaient écrites pour le chef de milice sioniste et plus tard premier ministre Yitzhak Rabin, un homme dont le palmarès de victimes civiles est aussi horrible et honteux que celui d'Oussama Ben Laden, ou pour l'ancien premier ministre Israélien Menahem Begin, pour Abou Nidal, le fondateur du Fatah Conseil Révolutionnaire ou encore le dictateur chilien Augusto Pinochet?
d
Mais ils ne peuvent pas inventer des faits, et ils ne peuvent pas distordre le narratif de l'histoire palestinienne. Nous sommes nombreux, de ma génération ou de générations plus anciennes, à avoir connu et respecté George Habache. Nous ne le vénérions pas et ne le considérions pas infaillible. Nous respections sa probité personnelle. Voici un homme qui refusa de percevoir plus que la pension de 300$ par mois qu'il touchait à Amman en Jordanie. Un jour, un groupe de Palestiniens aisés avaient envisagés de l’aider financièrement pour ses années de vieillesse car ils ne voulaient pas que le symbole de la révolution palestinienne, de la révolution arabe, meure dans la pauvreté. Il ne mangeait pas de ce pain là, allant même jusqu’à refuser d’accepter des fonds pour recruter une personne pour l’aider à rédiger ses mémoires.
d
George Habache était l’antithèse de Yasser Arafat : il était honnête tandis que Arafat était malhonnête ; il était cohérent alors que Arafat était incohérent ; pétri de principes tandis que Arafat louvoyait ; transparent alors que Arafat était roué ; sincère tandis que Arafat était bluffeur ; digne alors que Arafat était clownesque ; modeste tandis que Arafat était arrogant ; tolérant le désaccord alors que Arafat était autocrate; et ainsi de suite. George Habache incarnait une ère qui allait de la Nakba, l’expulsion massive des Palestiniens de leur patrie en 1948, jusqu’au début de la guerre civile libanaise en 1976, qui marqua le déclin de la gauche et le début du sadatisme. Avant cette date, la scène politique du monde arabe avait été marquée par une profonde révolution idéologique dans laquelle Habache avait joué un rôle majeur. Il était craint des régimes arabes et respecté et aimé dans les camps de réfugiés. Je ne crois pas avoir vu des gens ordinaires des camps réagir devant une personne comme ils réagissaient devant Habache. Leur affection pour lui était authentique car ils sentaient qu’il était authentique.S’il devait y avoir un symbole révolutionnaire dans le monde de la deuxième moitié du XXème siècle, ce devrait être George Habache. Il n’est peut être plus très connu en 2008, mais quiconque a lu un journal avant l’avènement de la révolution islamique en Iran, et que l’islamisme éclipsa la gauche arabe, le connaît forcément. Habache est un des principaux acteurs de l’histoire arabe contemporaine et une des quelques personnalités qui ont changé le cours de la lutte politique palestinienne. On dit souvent que le « christianisme » de Habache – comme s’il était croyant – était la seule raison pour laquelle il ne fut pas le leader du mouvement national palestinien à la place d’Arafat. Je n’ai jamais accepté ce point de vue. La sincérité et l’honnêteté de Habache expliquent pourquoi il n’a pas été à la tête de l’Organisation de Libération de la Palestine (OLP) alors que les « qualités » d’Arafat lui ont permis de se maintenir au pouvoir pendant toutes ces décennies. Pour ceux qui ont eu le privilège de rencontrer Habache, sa sincérité et son honnêteté étaient évidentes comme l’était sa modestie naturelle et son jugement clair sur lui-même. Shafiq al-Hout écrivait dans As-Safir que Habache était un révolutionnaire à part avant d’ajouter qu’il était tel qu’un révolutionnaire devrait être. George Habache est un produit de la Nakba. Né à Lydd [rebaptisée Lod par les sionistes], sa famille qui appartenait à la classe moyenne, fut comme des milliers d’autres familles violemment expulsée de sa maison par les milices sionistes emmenées par Yitzhak Rabin.
s
d
Ici, à Lydd en Palestine (rebaptisée Lod par les sionistes) se trouvait la maison natale du médecin et militant George Habache. Photo publiée par Angry Arab.



d
A l’époque, Habache était étudiant à l’Université Américaine de Beyrouth (AUB) où il s’était déjà sensibilisé aux idées nationalistes arabes dans le club estudiantin al-‘Urwah al-Wuthqah. Il ne tarda pas à lancer des actions de vengeance après la création d’Israël (on devrait en parler comme de « la destruction de la Palestine » vu que la propagande sioniste en Occident a réussi à identifier les aspirations nationales palestiniennes à un acte de «destruction») – et la vengeance était sa motivation de départ. Il s’allia avec un activiste Egyptien pour lancer des attentats à l’explosif de petite envergure au Liban et en Syrie. Certains de ces attentats relevaient vraiment du terrorisme : comme celui contre une synagogue. Habache à ses débute était anti-juifs mais ceci devait évoluer avec le temps. Mais cette petite organisation, Kata’ib al-Fida’ al-‘Arabi fut démantelée facilement par les autorités.Habache en tira la conclusion que la mobilisation de masse et l’action collective s’imposaient. Il associa ses forces avec un de ses camarades de la faculté de médecine de l’AUB, le brillant tacticien Wadi’ Haddad, qui voulait passer à l’action et s’irritait devant les théorisations et les querelles idéologiques qui remplissaient des heures et des heures de réunions. ‘Le slogan de Haddad, « Poursuivre l’ennemi, partout » devint le mot d’ordre de son organisation lorsqu’il fut contraint de faire scission d’avec le Front populaire de Libération de la Palestine (FPLP) en 1971).Habache et Haddad se joignirent à d’autres étudiants (qui avaient été influencés par les écrits et les idées de Constantin Zurayq, professeur d’histoire à l’AUB) pour former le Mouvement des Nationalistes Arabes. Ce mouvement fut un des tous premiers échos politiques et organisationnels à l’occupation de la Palestine et imprima sa marque sur la politique arabe contemporaine, inspirant et initiant des organisations politiques à travers l’ensemble du monde arabe.
d
Après l’obtention de leurs diplômes à l’AUB, Habache et Haddad ouvrirent une clinique pour les réfugiés pauvres en Jordanie. Ils contribuèrent à l’agitation nationaliste qui força en 1956 le roi Hussein à limoger Glubb Pache, l’officier britannique qui commandait l’armée.
Habache et ses camarades tentèrent également de fusionner avec le Baas avant d’abandonner cette idée en raison de leur impression que la libération de la Palestine et la « lutte armée » n’étaient pas la priorité du Baas ou de Michel ‘Aflaq, son fondateur.Tout jugement sur l’itinéraire de Habache doit aussi en prendre en compte les erreurs et les défauts – dont certains ne peuvent être compris qu’à posteriori. Le Mouvement des Nationalistes Arabes a tardé à comprendre le désir qu’avaient les Palestiniens d’une réponse militaire à l’occupation et à la menace sionistes. Il n’était pas clair non plus dans sa formulation d’une définition politique de la « libération. » « Vengeance » était une des devises du mouvement, ce qui était un programme politique bien mince.On doit aussi critiquer le mouvement pour s’être transformé en antenne du régime égyptien. En 1964, Habache rencontra Gamal Abdel Nasser, président de l’Egypte et symbole du nationalisme arabe ; et il est clair que le courant passa entre les deux hommes. Ces dernières années, Habache était ému aux larmes chaque fois que le nom de Nasser était cité. Habache mettait au premier plan le sens arabe de la dignité qu’il sentait représenté dans la manière dont Nasser traitait avec l’Occident – en contraste avec la conduite de Sadate et d’autres gouvernants Arabes. On se demande bien ce que Habache a du penser lorsqu’il a vu des dirigeants des monarchies pétrolières littéralement danses avec le président américain George W. Bush.
s
Même après la défaite arabe de 1967, Habache ne voulut pas rompre avec Nasser malgré la montée de la déception et même de la colère chez les réfugiés. Le seul désaccord sérieux de Habache avec Nasser survint lorsque ce dernier accepta le plan Rogers en 1969 proposé par les Etats-Unis pour mettre fin au conflit israélo-arabe.Après la guerre [de 1967], Habache fonda le FPLP qui devint rapidement la deuxième organisation palestinienne la plus importante après le Fatah et conserva cette place jusqu’à la montée en puissance du Hamas et l’islamisation des scènes politiques arabe et palestinienne dans les années 1980. Le Mouvement des Nationalistes Arabes avait effectivement décidé de se transformer en organisation marxiste léniniste et adopté la thèse selon laquelle la lutte de guérilla contre le sionisme permettrait de parvenir à la libération finale de la Palestine. A la différence du Fatah, le FPLP insistait sur l’endoctrinement politique et contrôlait soigneusement son recrutement. De jeunes Arabes venus de divers pays rejoignirent la lutte, recevant un entrainement dans des camps en Jordanie et, plus tard, au Liban – c’était bien avant que Dubaï devienne l’objet des aspirations de la jeunesse arabe. A l’époque, la destination était la Palestine.Le FPLP connut cite des schismes et des défections ; la première fut celle d’Ahmed Jibril, une recrue des services de renseignements syriens, qui constitua sa propre organisation dissidente, le FPLP – Commandement Général en 1968 alors que Habache était incarcéré en Syrie. L’année suivante, le politicien palestinien Nayef Hawatmeh, qui avait été mystifié par l’incroyable charisme de Habache et son talent d’orateur, fit scission et créa le Front Démocratique pour la Libération de la Palestine (FDLP). D’autres défections moins importantes suivirent et le FDLP n’aurait pas survécu bien longtemps sans l’appui et l’argent d’Arafat qui encourageait, finançait et armait de nombreuses dissidences dans les organisations palestiniennes pour maintenir sa propre emprise.Le FPLP affirmait que la libération de la Palestine était impossible sans la libération des pays arabes de leurs régimes imposés par l’occident et Israël. Prenant l’exemple du Vietnam, Habache voulait des «Hanoïs» arabes et considérait que la libération de la Palestine passait à travers chaque capitale arabe. « La lutte armée » était le chemin principal de la libération.A ses débuts, le FPLP montrait la promesse d’une voie indépendante et de gauche, non soumise à l’URSS et qui avait même flirté avec le maoïsme. Mais en 1973, il se joignit aux organisations communistes arabes qui s’étaient engagés dans l’allégeance à l’Union Soviétique.

Le FPLP fut actif en Jordanie et joua un rôle essentiel dans Septembre Noir – toute une série de massacres commis par le régime jordanien en 1970 (avec le soutien des USA et d’Israël) contre les Palestiniens et leurs combattants. Le FPLP, comme d’autres organisations visées pendant Septembre Noir partit s’installer au Liban où il participa à la déstabilisation de la situation politique de ce pays. Auparavant, dans les années 1970, Habache et le FPLP étaient devenus célèbres à travers le monde quand l’organisation orchestra le détournement de plusieurs avions de ligne vers la Jordanie, libérant tous leurs passagers et membres d’équipage avant de les détruire. J’ai rencontré un jour une hôtesse de l’air qui m’a dit qu’elle était devenue favorable à la cause palestinienne après avoir entendu Habache s’exprimer en anglais devant un groupe d’otages à l’hôtel Intercontinental d’Amman – et elle était une de ces otages. Des années plus tard, Habache se retrouvera quelque peu sur la défensive concernant les détournements d’avions ; il lui répugnait d’être confondu avec le terrorisme de Ben Laden ou d’Abou Nidal. Il affirmait que sa pratique [du terrorisme] était restée restreinte à un motif bien précis (mettre en avant la détresse de palestiniens à une époque où l’ex premier ministre israélienne Golda Meir soutenait que le peuple palestinien n‘existait pas) et pour une durée limitée. Mais aucun jugement équilibré ne doit, pour le meilleur ou pour le pire, ignorer ou laisser de côté cette expérience.

Habache eut aussi à gérer ses relations avec Wadi’ Haddad qui plaidait en faveur de la poursuite des « opérations internationales » en dépit de directives pour circonscrire les actions armées au sol palestinien. En conséquence d’un certain nombre d’opérations aux résultats jugés hasardeux, la participation de Haddad au FPLP fut « gelée. »
d
Les critères de Haddad pour l’action contre Israël et ses alliés différaient de ceux de Habache. Habache considérait que de fortes exigences éthiques et politiques devaient inspirer toute action politique et militaire. Ce qui ne veut pas dire que son organisation n’a pas commis quelques actions qui enfreignaient ces exigences mais que Habache tentait, pas toujours avec succès, de dominer les tendances aventuristes de ses camarades et amis. Pendant quelques années, Haddad continua à réaliser des opérations sous le nom de « opérations internationales du FPLP « sans l’assentiment de l’organisation jusqu’à ce qu’il en soit finalement expulsé. »
fs
George Habache fut durement affecté par l’assassinat par le Mossad de son camarade du FPLP, l’écrivain Ghassan Kanafani en 1972 et il fut affaibli par ce choc. Habache lui-même avait survécu à plusieurs tentatives israéliennes d’assassinat ; dans l’une d’entre elles, les Israéliens avaient détourné un avion dans lequel ils pensaient que se trouvait Habache (il avait changé d’avion seulement quelques minutes avant le décollage). En 1974, Habache gela la participation du FPLP à l’OLP quand il se rendit compte qu’Arafat œuvrait pour une solution à deux Etats. Habache joua un rôle déterminant dans la formation du front du Refus qui préconisait une position sans compromis sur la libération de « chaque millimètre de la Palestine,» comme Habache aimait à le dire dans ses discours publics. Mais voici une des grosses erreurs de Habache : ce front comprenait de nombreuses organisations qui étaient les créatures des gouvernements arabes ou leur étaient loyales à. Ce qui donna aux régimes irakien, syrien et libyen une influence énorme sur ces organisations, FPLP inclus.Il était trop difficile de résister à des subsides financiers généraux et la corruption de la révolution, qui avait atteint le Fatah bien plus tôt par le biais de fonds des pays du Golfe et d’Arabie Saoudite, toucha également le FPLP et compromit son indépendance politique. Le Liban comme base d’opération, surtout après le début de la guerre civile en 1975, compromit également la révolution.

Le Liban devint vite une base trop confortable et le FPLP, à l’instar d’autres organisations palestiniennes et libanaises, ne voulait pas d’un bouleversement radical des forces en présence sur le champ de bataille. (Mais la responsabilité essentielle de cela incombe à Arafat et au régime syrien qui ne voulaient pas d’un radicalisme politique qui aurait pu déclencher une confrontation avec Israël.) Le FPLP, au moins, poursuivit une politique de soutien au Mouvement National Libanais tandis qu’Arafat et ses associés traînaient des pieds.

Le Front du refus se disloqua en 1977 quand la Syrie et l’Irak se réconcilièrent après le voyage du président Egyptien Anouar Sadate à Jérusalem. Cette période marqua le début du déclin de la gauche et la montée de la Révolution islamique. Habache entama un retrait progressif de la vie politique. Il voulait se retirer depuis des années mais ses camarades l’en empêchaient. Ils savaient que le symbole de sa présence était trop important pour le FPLP et ils craignaient l’effondrement de l’organisation sans lui. Ils avaient raison, bien sûr. On ne peut plus parler de FPLP depuis 2000, lorsque Habache en a volontairement quitté la direction.
s
J’ai rencontré Habache pour la dernière fois à Damas il y a quelques années, après son retrait de la politique. J’étais très triste car je pouvais comparer cette dernière image avec celle de ma première rencontre avec lui en 1977 alors que j’étais lycéen. Sa verve révolutionnaire et sa passion ne s’étaient pas émoussées mais le bureau vide en disait long. Le FPLP était moribond et Habache était, politiquement, sur la touche. Je lui ai fait part de mes critiques du long parcours du FPLP et, typiquement, il a été ouvert d’esprit et très démocrate. J’étais tracassé de son apparente résignation à l’ascension des islamistes (Hamas et Hezbollah). Pour moi, il apportait un soutien trop peu critique de ces organisations. « Nous avons essayé, alors qu’ils essayent eux aussi, » disait-il, « c’est à leur tour. »
J’avais l’espoir d’entendre un propos sur la renaissance de la gauche mais ce ne fut pas le cas.
g
George Habache a vécu chaque minute de sa vie pour la Palestine. Il représentait un modèle de lutte révolutionnaire exemplaire dans son dévouement et son ascétisme, quoiqu’on pense du FPLP ou de sa longue expérience politique et militaire. On ne doit pas hésiter à juger sévèrement le FPLP ; en définitive il a échoué politiquement et militairement. Et toute évaluation de la violence politique palestinienne doit tenir compte du contexte de la violence massive du sionisme qui pendant des décennies s’est attelée à détruire la société palestinienne et sa résistance pour la remplacer par sa propre vision exclusiviste. Mais quel que soit ce jugement, il ne doit pas nous amener à minimiser l’appréciation de l’influence profonde du fondateur du FPLP qui à participé modeler la vision politique et du monde d’une génération. La scène politique actuelle est dépourvue de tout leader de cette trempe.

posted by Djazaïri at 8:35 PM

0 Comments:

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home

Palestine Blogs - The Gazette