mardi, novembre 02, 2010

Bookmark and Share

Cinéma ou histoire...

D'après les diverses informations disponibles, cet article ne recèle en fait aucun scoop car tout ce qu'il évoque est public depuis des années. Et qu'aucune preuve décisive n'est parvenue à étayer définitivement la thèse d' l'une ou l'autre partie, chacun se renvoyant à la tête des accusations de collaboration avec les autorités nazies..

On retiendra surtout qu'il existe une controverse qui pour l'instant n'a pas été tranchée, ni par l'histoire ni par la justice et qui ressurgit aujourd'hui. L'affaire est d'autant plus curieuse qu'elle concerne le pianiste dont la vie avait été traitée à l'écran par un cinéaste dont on a reparlé récemment pour ses démêlés avec la justice américaine.

Cet article repose, et je crois que ce n'est pas inutile, la question de la confusion entre art cinématographique, mémoire et histoire.
 

Le pianiste du ghetto de Varsovie accusé d'avoir collaboré avec la Gestapo

Par Kate Connolly, The Guardian (UK) 3 novembre 2010 traduit de l'anglais par Djazaïri


Berlin: Il était devenu un héros national après l'immortalisation de l'histoire de sa survie dans le ghetto de Varsovie dans « Le Pianiste », un film récompensé aux Oscars – mais les exploits de guerre de feu le pianiste Polonais Wladyslaw Szpillman sont au centre d'une querelle après des accusations venues d'outre tombe, selon lesquelles il aurait collaboré avec la Gestapo.

Andrzej, le fils de Szpillman a engage une procédure judiciaire pour obtenir le retrait d'un livre qui contient des allégations de Wiera Gran, une chanteuse Polonaise connue pour ses spectacles de cabaret d'avant et d'après-guerre, selon lesquelles Szpillman avait « constitué un gang » qui avait essayé de la tuer.

Gran, décédée en 2007, l'accusait aussi d'avoir collaboré avec la Gestapo) l'époque où ils étaient tous deux enfermés – avec des centaines de milliers d'autres Juifs – dans le ghetto de Varsovie pendant l'occupation nazie.

L'autobiographie de Szpillman, Le Pianiste, qui décrit sa survie, en partie grâce à un officier Allemand mélomane, avait été adaptée en 2002 par le cinéaste Roman Polanski dans un film lauréat de plusieurs récompenses.

'Juste après la guerre, mon père a publié son journal sous le titre « Mort d'une ville, » et aucun des survivants du ghetto n'avait critiqué sa version des événements,' a déclaré Andrzej Szpillman à Der Spiegel. « Mon père était une victime des nazis, pas un collaborateur. »

Le livre, "Accusée: Wiera Gran" de la journaliste Agata Tuszynska, a été décrit par la presse polonaise comme un essai de réhabilitation de la chanteuse. Ses éditeurs en font la promotion avec le slogan: "L'autre face de l'histoire de Wladyslaw Szpillman."

Tuszynska cite des notes personnelles rédigées par Gran dans lesquelles elle évoque Szpillman comme « l'homme de la Gestapo », et l'accuse aussi d'avoir agi en tant que policier Juif dans à la réinstallation des Juifs de Varsovie [probablement à Treblinka, NdT].
Le fils de Szpillman, lui-même producteur et compositeur, a accusé Tuszynska d'essayer de faire de la publicité à un livre sur une chanteuse qui, contrairement à Sspillman, est aujourd'hui peu connue en Pologne. Il affirme qu'elle est derrière tout ça en répétant les accusations d'une femme qui n'est plus en vie pour répondre de ses accusations.
"Je ne veux pas voir salir le nom de mon père, qui est une figure emblématique," a-t-il dit, ajoutant que toutes ces accusations avaient été répercutées sur des sites antisémites.

Les historiens du ghetto de Varsovie dissent qu'il y avait déjà de l'animosité entre Gran et Szpillman et d'autres artistes à l'époque où ils vivaient dans le ghetto dont la chanteuse s'était échappée.

En punition pour leur collaboration, plusieurs des artistes avec lesquels elle avait joué dans des spectacles de cabaret avaient été condamnés à mort pendant la guerre par des membres des mouvements clandestins juifs et polonais.

En 1947, Szpillman était au tribunal quand Gran a été traduite en justice pour collaboration en temps de guerre avec les nazis. Mais faute de preuves, l'affaire avait été classée sans suites. Plus tard, Gran fera face à des accusations semblables après son émigration en Israël et sera contrainte de quitter sa nouvelle patrie et d'aller en France où elle travaillera avec Maurice Chevalier et Charles Aznavour.

Szpillman avait à peine dissimulé Gran sous le personnage de "Mme K" dans "Le Pianiste", offrant un portrait peu flatteur d'un personnage attirant physiquement mais moralement douteux.

Plusieurs survivants célèbres du ghetto qui ont connu personnellement Szpillman, comme l'ancien ministre Polonais des affaires étrangères Wladyslaw Bartoszexski, ont condamné ces allégations, les qualifiant "d'infondées et honteuses."

Libellés : , , , , , , , , ,

posted by Djazaïri at 10:03 PM

Links to this post:

Créer un lien

<< Home

Palestine Blogs - The Gazette