vendredi, octobre 29, 2010

Bookmark and Share

Le 7ème commandement: Le bien d'autrui tu ne prendras ni retiendras injustement.

Comme Gaza, la Cisjordanie est un des territoires qui devrait faire partie du futur Etat palestinien à l'issue de l'aboutissement de discussions de paix. La Cisjordanie est cependant, comme on le sait, soumise à une incessante pression coloniale que rien ne semble en mesure d'endiguer.
Et ce n'est pas simplement une question de couleur politique des dirigeants du gang sioniste puisque la colonisation n'a jamais cessé malgré les changements de majorité parlementaire.
Tout le monde a compris que les sionistes ont décidé d'en finir avec la chimère d'un Etat palestinien. Ce que les palestiniens pourront au mieux espérer, c'est un camp de concentration autogéré à Gaza et des bantoustans en Cisjordanie.
Dans cette dernière région, le compte à rebours a sans doute commencé pour l'Autorité Palestinienne, cette institution qui dirige fictivement des lambeaux de Cisjordanie. 
Fictivement, car c'est bel et bien la souveraineté de l'entité sioniste qui s'exerce sur place et tous les plans de développement envisagés n'y changeront rien et sont dores et déjà  voués à l'échec. Et ce n'est ni faute de talents, de bonne volonté ou de capitaux. C'est simplement que les autorités sionistes ne tolèreront pas l'édification de ce qui pourrait s'apparenter à une économie palestinienne, non étroitement dépendante de celle de l'Etat voyou. Seuls les dirigeants Palestiniens de l'équipe Abou Mazen semblent ne pas s'en rendre compte.

Un exemple de l'exercice de cette souveraineté sioniste sur la Cisjordanie nous est donné par le blog Potins de Palestine qui observait:
Le 21 février [2010], le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a annoncé la décision d’inscrire la Tombe de Rachel (Bethléem) et le Tombeau des Patriarches (Mosquée d’Abraham à Hébron) au patrimoine ISRAELIEN…cette décision a été soutenue par son cabinet. Depuis d’autres sites situés dans les TERRITOIRES PALESTINIENS vont être ajoutés : Tel Rumeida (dont les datations remontent jusqu’au Bronze ancien, et au Bronze moyen une Cité-Etat CANANEENE), Sussiya (sud d’Hébron), Qumran (site des manuscrits de la mer morte), Hérodion, Palais de David (Silwan, Jérusalem est).
C’est une nouvelle provocation envers les Palestiniens et de nouveau (encore et toujours) une atteinte au droit international : Convention de la Haye de 1954 et des Conventions de Genève. Ils ne connaissent plus de limites.
Potins de Palestine s'insurge à raison contre cette infraction supplémentaire au droit international. Mais quand on est capable de tuer - et d'en être fier - 9 humanitaires désarmés, c'est bien le signe qu'on n'a plus de limites. Et cette sauvagerie débridée n'est en rien un phénomène récent.

Forts de leur bon droit, les Palestiniens ont protesté auprès de l'UNESCO, l'organisme onusien chargé du patrimoine culturel.
Et l'UNESCO a joué son rôle en demandant aux autorités sionistes de retirer le Caveau des Patriarches et la Tombe de Rachel de l'inventaire du patrimoine de l'entité sioniste.
Vous imaginez bien que l'entité sioniste va obtempérer!

En fait,  Benjamin Netanyahou, le chef actuel du gang a réagi de manière prévisible:
Lundi, le premier ministre Benjamin Netanyahou a vivement critiqué la décision de l'UNESCO, l'organisation mondiale de la culture, de présenter le site de la tombe de Rachel comme une mosquée musulmane.
 "Cette volonté de séparer la nation d'Israël de son patrimoine culturel est absurde," a déclaré le premier ministre.
 Oui, parce qu'un bruit court chez les sionistes qu'il n'y a pas de moquée à l'emplacement de la tombe de Rachel à Bethléem ou que cette mosquée a été édifiée et baptisée récemment pour "islamiser" le terrain en quelque sorte.
C'est faux, bien entendu, comme la plupart des assertions sionistes. Mais à force de répéter  leurs menteries en boucle, ils y croient à défaut de convaincre les autres, et l'UNESCO en particulier. 

Le bref aperçu historique que je vous propose ci-après nous aide au minimum  à comprendre comment a été récompensée la tolérance des autorités ottomanes et des Palestiniens Musulmans ou Chrétiens  
La tombe de Rachel, qui se trouve dans la partie nord de Bethléem ets considéré comme un lieu sacré de pèlerinage pour les Chrétiens, les Musulmans ainsi que les Juifs. Rachel, l'épouse de Jacob mourut en couches alors qu'elle se rendait à Hébron et fut enterrée sur la route de Bethléem. La tombe fut négligée pendant des années avant d'être  restaurée par les Croisés. Elle était constitué d'un bâtiment cubique de 7m2, reposant sur quatre colonnes liées par des arcs brisés de 3,5 m de large pour 6,5 m de haut, le tout étant surmonté d'une coupole (description d'Amico en 1596). La bâtiment simple qui accueille la "tombe aujourd'hui" a été édifié par les Turcs en 1620 pendant la période ottomane et, les Musulmans la considérant comme sacrée pour sa relation avec Abraham en conservèrent les clefs. En 1841, Sir Moses Montefiore demanda au gouverneur Turc les clefs de la Qubbet Rahil ou mosquée Bilal Ibn Rabah, comme elle est nommé en arabe, qui furent données aux Juifs indigènes. Un vestibule carré avec un mirhab avait également été ajouté pour les Musulmans; on trouve aussi un cimetière musulman historique à l'ouest de ce sanctuaire. La tombe de Rachel est considérée comme un des monuments historiques de la cité de Bethléem et comme une partie de son patrimoine. De plus, les habitants de Bethléem et des touristes du monde entier de diverses religions ont toujours visité la tombe. Depuis deux ans; les forces d'occupation israéliennes empêchent les Musulmans et les Chrétiens de se rendre sur les lieux, niant le droit de culte des Palestiniens, refusant aux Musulmans le droit d'enterrer librement leurs morts dans le cimetière voisin et restreignant l'accès du sanctuaire aux Juifs dans une démarche préliminaire à l'annexion de et endroit à la ville de Jérusalem. 
  Hébron et Bethléem font notoirement partie de territoires dont personne ne considère qu'ils relèvent de la souveraineté "nationale" de l'Etat pseudo-juif mais plutôt de celle de l'Etat palestinien à venir.
Ce qui n'empêche pas un site (sioniste) voué à la désinformation d'écrire ce qui suit:
Nous devrions revendiquer la Mecque, ou une partie puisqu'il parait qu'Abraham (Ibrahim) est venu y sacrifier son fils Ismaël.
 Or, la question n'est pas de dire si les lieux considérés ont ou n'ont pas d'intérêt pour les gens de confession juive, mais de dire si les délinquants sionistes ont le droit de déclarer patrimoine national des édifices qui se trouvent en dehors du ressort de leur Etat dit  juif.

Car, si on prend au sérieux leurs crétineries, les sionistes vont peut être inscrira à leur patrimoine "national" la synagogue de Cavaillon, une des deux plus anciennes de France? Après tout, Cavaillon n'est pas plus dans le territoire de l'entité sioniste que ne le sont Hébron ou Bethléem. La France considère cette synagogue comme partie de son patrimoine et l'a classée Monument Historique. A-t-elle tort?
J'attends les protestations des délinquants sionistes.

Libellés : , , , , , , , , , , ,

posted by Djazaïri at 9:19 PM

Links to this post:

Créer un lien

<< Home

Palestine Blogs - The Gazette