samedi, avril 11, 2009

Bookmark and Share

Les pirates Somaliens, al Qaïda, Bush et Obama

Je vous avais déjà parlé des actes de piraterie pratiqués au large des côtes somaliennes. L'actualité me donne l'occasion d'y revenir puisque cette piraterie fait encore la une des organes de presse en France comme ailleurs.

Un certain nombre de puissances, dont la France, se sont coalisées pour lutter contre le phénomène qui a touché 130 navires marchands en 2008.

Aux Etats-Unis, les récents événements ont cependant provoqué un débat sur la politique à suivre en la matière. Ce débat se focalise sur une organisation «extrémiste» nommée Shabab (jeunesse):

Des responsables Etatsuniens affirment que l'organisation, qui contrôle une partie de la Somalie, pose un dilemme. Ils soulignent son expansion rapide, les liens entre ses dirigeants el le réseau terroriste al Qaïda, et la présence d'Etatsuniens et d'Européens dans ses rangs. Mais ils déclarent qu'il n'y a aucune preuve que l'organisation prépare des attentats hors de Somalie.

Les mêmes responsables critiquent de manière à peine voilée l'administration Obama qui a adopté une approche plus prudente et moins agressive [que l'administration Bush] de ces questions de sécurité.

On voit bien que la piraterie est un des dossiers peau de banane dont a hérité Obama. On se souviendra, c'est quand même assez récent, que le gouvernement Bush avait encouragé l'armée éthiopienne à renverser par la force l'Union des Tribunaux Islamiques qui gouvernait une partie du territoire somalien et en contrôlait la capitale. Il était reproché justement à cette Union des Tribunaux d'avoir partie liée à al Qaïda.

Si on suit bien la logique étatsunienne, les pirates se rattachent à une organisation liée à al Qaïda ; l'Union des Tribunaux Islamiques était aussi liée à al Qaïda.

Déduction logique : les actes de piraterie auraient du culminer lorsque les Tribunaux Islamiques étaient au pouvoir.

Le problème est que c'est exactement le contraire qui s'était passé ainsi que nous le rappelle cet article tiré des archives du Sydney Morning Herald.

Au passage, rappelons que le mot « sharia » ne signifie pas loi en arabe. La sharia n'est donc d'aucune façon la «loi» islamique pas plus qu'il n'existe qu'une loi dite islamique, la pluralité étant de règle dans ce domaine.

La crainte de la loi islamique effraye les pirates

Par Colin Freeman à Mogadiscio et Justin Stares à Bruxelles
Sydney Morning Herald (Australie) 17 octobre 2006
traduit de l'anglais par Djazaïri

Le nouveau pouvoir islamique en Somalie a débarrassé le pays des pirates qui terrorisaient les navires de plaisance et les cargos au large de ses côtes.

Depuis que ce pays d'Afrique orientale a sombré dans l'anarchie il y a 15 ans, ses 4 000 kilomètres de côtes offraient un refuge pour des pirates armés qui utilisent des embarcations à grande vitesse pour s'emparer des bateaux de passage.

Mais depuis que la nouvelle Union des Tribunaux Islamiques a pris le contrôle de Mogadiscio et d'une grande partie du sud du pays, la piraterie a été pratiquement éliminée sous la menace de sévères punitions aux termes de la sharia.

Cette répression a été soulignée dans un rapport récent du Merchant International Group, spécialisé dans le conseil aux entreprises sur le commerce dans les points chauds autour du globe.

« L'emprise du pouvoir islamiste à travers les tribunaux islamiques mérite une attention particulière, » déclare l'organisation. « Plus de 40 attaques contre des bateaux avaient été signalées dans et autour des eaux somaliennes entre mars 2005 et juillet 2003, mais pas un seul acte de piraterie n'a été rapporté dans ce secteur dans les mois qui ont suivi [la prise de pouvoir des tribunaux).

La piraterie somalienne a fait la une en novembre dernier quand, à 70 miles nautiques de la côte, des embarcations chargées de bandits armés de mitrailleuses et de lance grenades avaient attaqué le Seabourn Spirit, un navire de croisière de luxe battant pavillon américain.

Les touristes à bord ont relaté comment ils avaient craint pour leurs vies jusqu'à ce que l'équipage parvienne à faire fuir les pirates en utilisant un sonic gun spécial qui émet un bruit à fort volume à en crever les tympans.

En guise de précaution, le Bureau Maritime International a conseillé aux navires de ne pas s'approcher à moins de 160 kilomètres de la côte somalienne.

La chute du nombre d'incidents de piraterie reflète le succès de l'Union des Tribunaux Islamiques à rester l'ordre et la loi sur la terre ferme. Jusqu'en été, la Somalie était largement sous le contrôle de seigneurs de la guerre rivaux. On pense que la plupart des organisations de pirates dépendaient des milices des seigneurs de la guerre.

Alors que leurs détracteurs disent que l'Union des Tribunaux Islamiques est un mouvement lié à al Qaïda qui prévoit d'introduire de strictes restrictions de la vie sociale dans le style des Talibans, dont l'interdiction des films et de la musique, de nombreux Somaliens ordinaires considèrent que c'est la seule alternative à l'anarchie.

La chute des actes de piraterie est attribuée à la menace de punir quiconque est impliqué par l'exécution ou l'amputation.

Libellés : , , , , , , , ,

posted by Djazaïri at 8:27 PM

0 Comments:

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home

Palestine Blogs - The Gazette