mardi, mars 06, 2007

Bookmark and Share

Des évêques catholiques qui n'ont pas compris la leçon de l'holocauste.

On nous dit, et on le dit spécialement aux enseignants en France, d'entretenir la mémoire de l'holocauste (celui avec un h majuscule bien évidemment) au moyen de divers supports pédagogiques. Une école qui veut bien faire essaye quand c'est possible de couronner ses actions d'inculcation de la mémoire par une visite à Auschwitz.
s
On sait que des élèves ont été surpris à ricaner ou à plaisanter au cours de ce genre de visites, ce qui est du plus mauvais goût et provoque des rétorsions sous forme de sanctions disciplinaires. Mais tout ça est une question de pratique pédagogique, de préparation correcte du voyage nous dit-on...
s
Quand on est un responsable politique ou même religieux, c'est un peu pareil sauf que plus qu'Auschwitz c'est le passage par Yad Vachem qui fait foi de son intégration de la mémoire de l'holocauste. Pourtant, il semble que certains, après avoir visité le mémorial de l'holocauste aient trop bien retenu la leçon et désirent appliquer leur nouveau savoir à ce qu'ils peuvent observer de nos jours, et pas très loin du mémorial en question.
s
C'est ainsi que des évêques Allemands, après un passage pour se recueillir à la mémoire des victimes (Juives) du nazisme sont allés faire un tour du côté de Ramallah et du mur de séparation dressé par les sionistes entre eux et les Palestiniens de Cisjordanie.
s
Inefficacité pédagogique du mémorial ou tout simplement pas bonne idée des évêques, l'un d'entre eux, l'évêque d'Eichstaet, n'a pu s'empêcher de déclarer à un journaliste Allemand :
"Dans la matinée nous avions vu à Yad Vashem les photos du ghetto bestial de Varsovie, dans la soirée nous étions dans le ghetto de Ramallah. Ca fait froid dans le dos."
L'évêque d'Augsbourg a de son côté parlé des Palestiniens confrontés à une
"ghettoïsation avec des caractéristiques presque racistes."
Alors la, on voit bien que ça ne va pas du tout et, pressés de confirmer leurs propos, les évêques tentent de trouver des échappatoires qui permettraient à l'opinion de comprendre que le fait d'être choqué par les pratiques sionistes ne signifie pas être antisémite.
s
Tâche délicate ainsi qu'en témoigne la réaction de Dieter Graumann, vice-président de l'équivalent allemand du CRIF :
"Avec des amis comme eux, qui a besoin d'ennemis? Toute personne qui compare la
condition des Palestiniens aux souffrances des Juifs dans les ghettos à l'époque nazie n'ont rien appris de l'histoire. Ces remarques avaient un caractère antisémite."
Zéro pointé de la part du maître : les élèves n'ont pas appris leur leçon.
s
Car oui, à quoi peut bien se comparer la souffrance des ghettos juifs? L'idée même de la comparaison relève de l'antisémitisme.
s
Shimon Stein, l'ambassadeur sioniste en Allemagne a également donné son appréciation qui confirme le zéro attribué par Dieter Graumann en reprenant partiellement ses termes :
"Toute personne qui utilise des termes comme 'ghetto de varsovie' ou 'racisme' en référence à la politique d'israël envers les Palestiniens a tout oublié ou n'a jamais appris et c'est un échec moral." Et d'ajouter que les évêques n'ont rien fait pour la réconciliation.
Je vous laisse décider si cette "réconciliation" concerne Sionistes et Palestiniens ou Juifs et Allemands.
s
La conférence des évêques Catholiques Allemands, tout en rejetant les remarques du plénipotentiaire sioniste, rappelle que le chef de l'épiscopat a, à plusieurs reprises, soutenu le droit à l'existence de l'entité sioniste et dénoncé le terrorisme contre sa population. Et rappelle qu'après leurs déclarations faites sous le coup de l'émotion, les évêques ont depuis rectifié leurs propos et fait leur auto-critique.
Si les évêques ont fait leur auto-critique, on peut toujours courir pour entendre celle des représentants du sionisme en Allemagne ou ailleurs.
s
Allez, le dernier mot pour le cardinal Joachim Meisner, archevêque de Cologne après avoir été celui de Berlin au temps de sa division par le mur:
"Je n'aurais jamais pensé revoir quelque chose de ce genre de mon vivant"."Ce mur tombera aussi, exactement comme le mur de Berlin."

posted by Djazaïri at 10:11 PM

1 Comments:

Anonymous Anonyme said...

aericle tres interessant mais ne suis pas d accord avec la conclusion car si le mur qui separait berlin a ete detruit c est grace l union du peuple allemand et la pression internationale..
alors qu en palestine occupee l onu et les grandes puissances occidentales ont favorise la ghettoisation des indigenes et meme coupe les faibles ressources dont ils pouvaient disposer..ils ont cree la famine en palestine et encensent l occupant sioniste..
si un sioniste vous dit que vous etes antisemite c est qu il n a rien a dire pour sa defense et que vous avez raison.ndlr

7 mars 2007 à 19:47  

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home

Palestine Blogs - The Gazette