lundi, octobre 22, 2012

Bookmark and Share

Obnubilé par l'entité sioniste, Laurent Fabius est en pleine bouffée délirante sur Wissam al-Hassan, le Liban, l'Iran et la Syrie

Comme beaucoup d'observateurs en Occident, Laurent Fabius voit la main de Damas dans l'attentat qui a coûté la vie au chef des renseignements de la police Wissam al-Hassan dont Libération nous dit qu'il était la bête noire du régime de Damas.
Fabius a également évoqué la «présence» du parti chiite libanais Hezbollah dans le conflit syrien. «Le Hezbollah est dans le gouvernement libanais, et on ne voyait pas trop sa présence dans le conflit syrien. Mais depuis quelques jours il y a la présence de militants Hezbollah dans le conflit, un drone qui a été envoyé sur Israël», a déclaré le ministre. «Il semble qu'il y ait une volonté du Hezbollah et donc de l'Iran de manifester encore plus expressément leur présence (aux côtés du régime de Damas, ndlr), et nous ne pouvons pas être d'accord avec ça.»
Comme le remarque Angry Arab, Laurent Fabius voit étrangement une indication de la présence du Hezbollah dans le conflit syrien dans le fait que cette organisation libanaise a envoyé un drone survoler le territoire de l'entité sioniste.

Si ce genre de mise en relation est hautement hasardeux, il nous laisse par contre entrevoir ce qui est vraiment important pour Laurent Fabius dans la région. Et ce qui est vraiment important, c'est de neutraliser tout ce qui peut entraver la suprématie sioniste au Moyen Orient, c'est-à-dire le Hezbollah, la Syrie et l'Iran.

Parce que quand des avions de l'entité sioniste survolent le territoire libanais, on n'entend pas beaucoup M. Fabius. Or les avions de combat et les drones de l'Etat juif survolent très souvent le territoire libanais et l'ont fait encore il y a quelques jours seulement..

Dans son délire sioniste, Laurent Fabius est même arrivé à la conclusion que, selon les experts
«dans les 7-8 mois, l'Iran terminera l’installation des cascades de centrifugeuses qui lui permettront de commencer la création de l’arme nucléaire ».
On sait où se trouvent les experts auxquels fait allusion M. Fabius, quelque part du côté de Dimona ou de Tel Aviv.

Et si on en revient à Wissam al-Hassan dont la vengeance a été réclamée par de nombreux manifestants Libanais brandissant le drapeau d'al Qaïda (ce que ne vous diront pas trop vos journaux), il faut rappeler que, avant d'être la bête noire du gouvernement syrien, al-Hassan avait été un des principaux suspects pour l'attentat qui avait causé la mort du premier ministre Rafiq Hariri. A l'époque en effet, al-Hassan était responsable de la sécurité rapprochée de M. Hariri et il aurait donc dû mourir ou être blessé en mission auprès de celui qu'il avait la charge de protéger.

Wissam al-Hassan
Il se trouve que ce jour là, Wissam al-Hassan était absent parce qu'il avait pris un congé pour passer des épreuves d'examen à l'université de Beyrouth. Le problème étant que l'étudiant supposé plancher sur d'épineuses dissertations ou notes de synthèse avait quand même trouvé le temps de passer plus d'une vingtaine d'appels téléphoniques le matin de l'attentat.

Une piste que les enquêteurs de terrain mandatés par l'ONU avaient vite reçu l'ordre de mettre en veilleuse...

Mais une piste parmi d'autres pour expliquer son assassinat.


Libellés : , , , , , , , , ,

posted by Djazaïri at 1:08 AM

0 Comments:

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home

Palestine Blogs - The Gazette