samedi, avril 30, 2011

Bookmark and Share

Un dessin bien inspiré du caricaturiste Syrien Ali Ferzat

Via The Palestinian Pundit, un dessin bien inspiré du caricaturiste Syrien Ali FERZAT:

La légende est brève: le dictateur assis sur la bouche du canon ordonne: "feu". Sans se rendre compte, alors qu'il est évident, qu'en ordonnant de tirer sur la population, il signe sa propre fin.
Une leçon simple qu'aucun autcrate ou tenant de l'usage de la force n'a cependant jamais comprise.

Dans une interview de 2006, Sabah Hawasli demandait à Ferzat ce qu'il avait à dire à son public américain. Ferzat avait répondu:.



"Mon cher public américain, je t'offre toute mon affection et tout ce que j'ai créé à ma façon. Je fais de mon mieux pour obtenir un visa d'entrée aux Etats Unis afin de pouvoir m'y rendre pour signer mon livre (Pen of Damascus Steel) qui a été publié par Cune Press. Mais il y a quelque chose qui me bloque. C'est une employée de l'ambassade américaine à Damas (j'ignore si elle est consul ou pas). Elle me demande d'apporter des preuves que je suis un artiste, comme je le prétends, avant de m'octroyer le visa qui me permettra de vous rencontrer et  de vous témoigner mon amour."

Libellés : ,

posted by Djazaïri at 4:32 PM

0 Comments:

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home

Palestine Blogs - The Gazette