dimanche, mars 07, 2010

Bookmark and Share

Eclairage canadien sur l'histoire du sionisme

Yves Engler est un journaliste et essayiste Canadien qui publie ses articles dans la presse "alternative" mais aussi dans la grande presse canadienne comme le Toronto Star ou l'Ottawa Citizen.
Cette fois, c'est un journal qui parle de lui ou, plus précisément de son dernier livre qui traite de l'alliance fort ancienne entre le Canada et le sionisme.
Mieux, Yves Engler soutient, documents à l'appui, que l'idée de créer un Etat juif en Palestine a d'abord été celle de fondamentalistes Chrétiens.
Il est particulièrement intéressant d'apprendre que l'année même où Théodore Herzl publiait son livre l'Etat juif, un Chrétien restaurationniste du nom d'Henry Wentworth Monk écrivait à Balfour pour lui faire part de sa lumineuse idée d'un "Dominion" juif en Palestine. Oui, le même Balfour qui rédigera plus tard la fameuse déclaration adressée au baron Lionel Walter Rothschild.

Le Canada accusé de parti pris pro-israélien
compte rendu de lecture
par David Heap, pour l'agence QMI
London Free Press (Canada) 6 mars 2010 traduit de l'anglais par Djazaïri

Le nouveau livre d'Yves Engler soulève des questions importantes au centre des débats dans ce pays et à propos desquelles nous avons tous besoin d'être mieux informés.

Le titre réfère aux conditions imposées par Israël aux les Palestiniens, dont certains disent s'assimilent au crime d'apartheid, tel que défini par la Convention internationale sur la répression et la sanction du crime d'apartheid.
A l'évidence, tout le monde n'est pas d'accord avec cette interprétation et il s'agit d'un point qui peut donner lieu à un débat salutaire.

Pour Engler, l'histoire du soutien canadien à la formation de l'Etat d'Israël commence par l'observation que les "racines du sionisme sont chrétiennes, pas juives."
Il montre en détail que longtemps avant la popularisation par Herzl du sionisme chez les Juifs Européens, diverses organisations chrétiennes promouvaient une interprétation littérale de la Bible selon laquelle il devrait y avoir un foyer national juif dans la partie de l'Empire Ottoman connue sous le nom de Palestine.

Des Chrétiens restaurationnistes comme l'homme d'affaires Canadien Henry Wentworth Monk collectaient de l'argent dans les années 1870 et 1880 pour l'établissement d'un "Dominion d'Israël."

En 1896, Monk parla de son idée dans une lettre à A.J. Balfour, qui devint plus tard ministre des affaires étrangères de Grande Bretagne et publia la déclaration Balfour promettant un soutien britannique à la création d'un Etat juif en Palestine.

Ainsi, avant même le début du mouvement politique juif moderne pour la colonisation de la palestine, le soutien occidental à l'idée d'un Etat juif était étroitement mêlé avec le fondamentalisme chrétien et une vision géopolitique d'Israël comme avant-poste utile au pouvoir impérial.

Engler montre que l'alignement à l'international du canada a glissé de Westminster à Washington, le soutien à Israël restant une constante.

Ce soutien est souvent allé de pair avec une hostilité envers les Juifs au Canada. Des politiciens antisémites comme E.C. Manning et Mackenzie King soutenaient la création d'Israël en partie comme moyen de réduire l'immigration juive au Canada.

Engler documente aussi l'apport significatif de Canadiens au plan de partition de l'ONU qui donnait la majorité de la Palestine historique à Israël en 1948. Parmi ces acteurs clefs, figuraient le sous secrétaire d'Etat aux affaires étrangères Lester Pearson et Ivan Rand, qui sera plus tard premier doyen de la faculté de droit de Western Ontario.

Le Canada avait évité de condamner le nettoyage ethnique lorsqu'une grande partie de la population palestinienne avait été forcée à l'exil et ses maisons expropriées, et le soutien du Canada à Israël a continué, à quelques exceptions près, jusqu'à ce jour.

Engler passe en revue des dizaines d'années de soutien exclusif à Israël par le Canada dans des secteurs qui vont du renseignement militaire au statut caritatif accordé à des organisations qui contribuent au financement de colonies illégales en Cisjordanie grâce à des donations déductibles des impôts au Canada.

Le livre soutient que le Canada a été "le pays au monde le plus pro-israélien."

Engler termine par l'examen du mouvement pour réorienter les relations internationales du pays vers "une politique indépendante d'esprit fondée sur la justice sociale."

Le style d'Engler est clair et direct. Il écrit avec passion et une documentation soigneuse.

En apprendre sur l'histoire de la contribution de notre pays à la situation dans cette région nous donne la responsabilité de chercher des solutions justes et durables. Les canadiens qui s'intéressent à notre politique au Moyen orient feraient bien de prêter une grande attention à son message, quelles que puissent être leurs points de vue sur la région.

David Heap est professeur associé à l'université de Western Ontario.

Canada and Israel: Building Apartheid, By Yves Engler, Fernwood Books

Libellés : , , , ,

posted by Djazaïri at 10:00 PM

1 Comments:

Anonymous Anonyme said...

je peux même ajouter que la France aussi était avec le canada les plus motivées à créer cet état raciste .

8 mars 2010 à 00:07  

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home

Palestine Blogs - The Gazette