vendredi, janvier 04, 2008

Bookmark and Share

Ce qui attend les colonialistes de tout poil, sionistes ou pas

Cet article synthétise clairement ce que nous savions déjà et que les occupants de tout poil savent probablement au fond de leur coeur [s'ils en ont un] : une occupation est vouée à l'échec. J'ajouterai le bémol suivant : sauf si elle parvient à extirper d'une manière ou d'une autre le peuple occupé comme l'ont fait les anglo saxons en Amérique ou en Australie.


L'algèbre de l'Occupation
par Conn Hallinan 7 décembre 2007, Foreign policy in Focus traduit de l'anglais par Djazaïri
s
En 1805, l'armée française avait eu une supériorité tactique, avait surclassé et écrasé les armées russes et autrichiennes combinées à Austerlitz. Trois ans plus tard elle s'effondrait devant le ramassis de va-nu-pieds de la guérilla espagnole. En 1967, il avait fallu six jours à l'armée israélienne pour écraser l'Egypte, la Jordanie et la Syrie et s'emparer de la Cisjordanie, du plateau du Golan et de la péninsule du Sinaï. En 2006, une milice chiite a affronté la plus puissante armée du Proche Orient dans un face à face sanglant au Liban.En 1991, quatre jours de combats terrestres de la guerre du Golfe avaient suffi aux Etats-Unis pour écraser l'armée de Saddam Hussein. Les pertes américaines s'étaient élevées à 148 morts et 647 blessés. Après plus de cinq ans de guerre en Irak, les pertes américaines avoisinent les 4000 morts et plus de 50 000 blessés; 2007 est dès à présent l'année du record des pertes militaires pour les Etats-Unis.
Dans les deux cas, une grande armée a remporté une victoire décisive seulement pour voir cette victoire annulée par ce que T.E. Lawrence avait appelé à une époque l'algèbre de l'occupation. Ecrivant au sujet de l'occupation de l'Irak par les britanniques suite à l'effondrement de l'empire ottoman pendant la première guerre mondiale, Lawrence avait touché du doigt la formule qui vouait pratiquement à l'échec toute force militaire qui tentait de réprimer une population hostile. « La rébellion doit avoir une base inattaquable... elle doit avoir un ennemi étranger sophistiqué, sous la forme d'une armée disciplinée d'occupation trop peu nombreuse pour contrôler l'ensemble du territoire. Elle doit avoir l'amitié de la population... qui lui voue une sympathie suffisante pour ne pas trahir les mouvements rebelles sur le territoire. Les rebellions peuvent être menées par un effectif combattant correspondant à 2 % de la population avec 98 % de la population exprimant une sympathie passive. Assurés de leur mobilité et de leur sécurité... avec du temps et une doctrine... la victoire appartiendra aux insurgés car, en fin de compte, les facteurs algébriques sont décisifs. »

Ce processus suit une trajectoire inexorable : une armée défait une autre armée, seulement pour s'apercevoir que les guerres ne se terminent pas toujours quand les généraux se rendent et que les capitales tombent. Quand quelques citoyens prennent les armes car ils n'acceptent pas d'être occupés par des étrangers, les occupants se comportent comme toutes les armées dont le travail est de tuer des gens et non de conquérir leurs cœurs et leurs esprits.Alors les occupants défoncent des portes et fouillent à la recherche d'armes, terrorisant et humiliant ainsi les gens. Ils demandent des bombardements aériens qui tuent des passants innocents. Ils étouffent le commerce et imposent des couvre feu pour donner une leçon aux habitants, leçon qui n'est jamais apprise. Pendant plus de 800 ans, les Anglais ont frappé, emprisonné, déporté, tué et pendu des centaines de milliers d'Irlandais sans parvenir le moins du monde à rendre les indigènes [Irlandais] plus pacifiques ou respectueux de l'ordre. Le résultat a été l'exact opposé.Dans ce processus où on essaye de faire en sorte que l'occupé accepte sa défaite, une forme de corruption de l'esprit commence à s'insinuer dans l'âme d'une armée, la transformant de machine de guerre en une sorte de monstre.
s
Ecoutez quelques unes de ces voix : Le journaliste Chris Hedges, qui a discuté avec des soldats, des officiers et des personnels médicaux en Irak dit que ses interviews ont « révélé un style de comportement très troublant chez les militaires Américains : des innocents terrorisés pendant des raids nocturnes, des voitures civiles mitraillées quand elles étaient trop près de convois de ravitaillement. La lutte contre un ennemi le plus souvent invisible, expliquent de nombreux vétérans, a suscité une culture de la peur et même de la haine chez les militaires Américains dont beaucoup... ont effectivement déclaré la guerre à tous les Irakiens. »Le sergent Camilo Mejia a déclaré à Hedges au sujet des Irakiens tués à des points de contrôle que « Ce genre de tuerie de civils a cessé depuis longtemps de susciter un réel intérêt ou même des commentaires. » Sauf chez les survivants et les proches des victimes qui savent désormais qui est leur ennemi.« Nos enfants sont tués. Nos maisons sont détruites. On nous bombarde. Que devrions nous faire? demande Abdul Qader qui a perdu sept membres de sa famille le 29 juin dans une attaque aérienne qui a tué 60 personnes dans la province méridionale d'Helmand en Afghanistan.« Les Américains tuent et détruisent un village alors qu'ils poursuivent une personne [Osama Ben Laden], » a déclaré un homme au New York Times. « Nous devons donc comprendre sont une malédiction sur nous, et qu'ils ne sont ici que pour détruire l'Afghanistan. »
Le psychologue Nofer Ishsai et le professeur de psychologie Joel Elitzur ont interviewé 21 soldats Israéliens qui ont servi dans les territoires occupés. Ils ont découvert que les soldats s'adonnaient de manière systématique à l'assassinat, à l'agression, à la menace et à l'humiliation et que beaucoup d'entre eux aimaient ça.« La vérité c'est que j'aime ce foutoir – j'adore. C'est comme être drogué, » leur a dit un soldat. Un autre a déclaré, « Ce qui est fantastique c'est que vous n'avez à suivre aucune loi aucune règle. Vous sentez que vous êtes la loi, vous décidez. Quand vous allez dans les territoires occupés, vous êtes Dieu. » Un soldat a relaté l'histoire d'un garçon vu en train de jouer dans le sable de la cour devant sa maison pendant le couvre feu à Rafah. Le soldat disait que son officier « avait saisi le garçon. Il lui a cassé la main ici, au poignet, a brisé sa jambe là. Puis il a commencé à lui mettre des coups de pieds dans le ventre, à trois reprises, avant de le laisser. Et nous sommes tous là, mentons baissés, à le regarder, choqués... Le lendemain, j'ai fait une autre patrouille avec lui et les soldats commençaient déjà à faire la même chose. »

Quelques heures en compagnie des œuvres de Goya donneront à n'importe qui une idée de la manière dont l'armée française s'est conduite en Espagne.Une occupation n'est pas une guerre contre une armée, c'est une guerre contre tous. Il n'y a pas de lignes de front et pas d'uniformes distinctifs, seulement une embuscade ou un engin piégé sur la route et qui frappe sans prévenir.Et quand un engin piégé frappe, a dit un vétéran à Hedges, « les gens accourent. » En 2005, une bombe placée sur une route à Haditha avait été suivie d'un massacre au cours duquel les marines Américains avaient tué 24 civils. Le 4 mars 2007, après un attentat suicide en Afghanistan, le déchaînement de violence des marines avait tué 12 civils. L'occupation n'est possible que si les occupés sont réduits dans une catégorie qui les exclut de l'humanité. Donc les Irakiens deviennent les « Hajji, » exactement comme, deux générations plus tôt, les Vietnamiens étaient devenus des « slopes » [pas trouvé la traduction adéquate, peut être Niaks ?]. La droite israélienne qualifie communément les Palestiniens de « cafards. »Très vite, tout le monde devient un ennemi.Quand des hélicoptères américains ont tué 16 personnes le 23 octobre dabs une petite ville du nord de l’Irak près de Tikrit, des officiels de l’armée ont déclaré que les victimes étaient des insurgés parce que la plupart d’entre eux étaient des « hommes en âge de porter les armes, » catégorie qui comprend environ un tiers de la population.Peu de « cœurs et d’esprits » ont été conquis ce mois d’octobre dernier près de Tikrit.Mais « l’emporter sur la population » reste l’illusion de tout occupant. Témoignant devant le Congrès, Robert Gates, Secrétaire d’Etat à la Défense, a déclaré que « Les soldats peuvent s’attendre à se voir confier le relance des services publics, la reconstruction des infrastructures et la promotion de la bonne gouvernance. »Et pour ce qui est de la réalité…Une étude du Pentagone a montré que seulement 38 % des Marines et 47 % des soldats de l’armée de terre pensaient que les civils devaient être traités dignement. Quelque 45 % des soldats et 60 % des marines ont déclaré qu’ils dénonceraient le fait de tuer des civils innocents.

Une récente enquête ABC/BBC a constaté que 78 % des Irakiens considèrent que la situation se dégrade, que près de 80 % d’entre eux veulent le retrait des troupes US et que 57 % soutiennent la violence contre les troupes de la coalition.Ces données sont les « facteurs algébriques » de l’occupation et, comme le conclut Lawrence, « contre eux la perfection des moyens et de l’esprit luttent assez vainement. »


posted by Djazaïri at 6:42 PM

7 Comments:

Anonymous Anonyme said...

C'est bien à cause de ces facteurs algébriques que les stratèges israéliens ont provoqué la Naqba.

Si les palestiniens n'avaient pas été chassés de leurs terres suite à ce nettoyage ethnique, la guerilla aurait été beaucoup plus difficile pour les israéliens.

Il a donc fallu faire un grand nettoyage par le vide, et repousser les palestiniens dans des ghettos aisément contrôlables depuis l'extérieur....

Et dire que les révisionnistes israéliens (pléonasme) ont le culot d'affirmer que la Naqba était un plan concerté des populations arabes avec les pays arabes environnants qui s'apprêtaient à attaquer l'entité sioniste nouvellement créée! Arrivé à ce niveau d'aveuglement et d'autointoxication, on se dit que le fruit est tellement pourri qu'il va soit finir par tomber de l'arbre, soit se réduire en poussière de lui-même tout seul sur sa branche...

4 janvier 2008 à 19:19  
Blogger Djazaïri said...

Oui, mais malgré la Nakba les Palestiniens sont nombreux à Gaza et en Cisjordanie et ils forment une minorité croissante dans le territoire officiellement reconnu de l'entité sioniste.
Les sionistes savent qu'à terme un rééquilibrage démographique interviendra d'autant que le solde migratoire juif est négatif depuis plusieurs années.
Les peuples colonisés doivent à la fois agir et être patients, les Français n'ont-ils pas été présents pendant 132 ans en Algérie?

4 janvier 2008 à 19:29  
Anonymous Anonyme said...

Ce que je ne comprends pas : pourquoi les pays arabes ne se mettent pas en commun pour assigner l'équipe Bush pour crime contre l'humanité !

4 janvier 2008 à 20:10  
Blogger Djazaïri said...

Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

4 janvier 2008 à 20:34  
Blogger Djazaïri said...

Il ne faut pas parler de pays arabes mais de gouvernements arabes. Ces derniers, qui jouissent rarement de la légitimité populaire, dépendent largement de leur police et de leur armée pour rester au puvoir mais aussi de puissances étrangères qui les soutiennent ou pas. Le chef de l'Etat Libyen est un bon exemple puisque, après avoir été mis à l'index par l'occident, est revenu dans ses bonnes grâces suite à sa soumission.

Le coeur de l'affaire est avant tout économique. Nos pays sont étroitement dépendants des puissances occidentales auxquels ils vendent gaz et pétrole et dont ils obtiennent biens d'équipement, produits alimentaires et armes (qui servent surtout à mater la population et ont généralement été inefficaces quand il était question de défendre l'intégrité du territoire).
Les choses ne sont guère différentes quand le produit exporté est le tourisme où de nature agricole.
Regardez avec qui commercent les pays arabes et vous aurez tout compris : chaque pays arabe est beaucoup plus dépendant des USA, de la France ou du Royaume Uni que de n'importe quel autre pays arabe.

4 janvier 2008 à 20:37  
Anonymous Nabil said...

Excellent article , et merci pour la traduction.C'est limpide,et très juste d'une manière generale quand il s'agit de parler de l'inutilité de l'occupation,mais n'aide pas à comprendre une occupation du type qui existe aujourdh'ui dans les territoires palestiniens.Je m'explique:

J'ai vu dernierement un documentaire sur Arte,qui se concentre particulièrement sur la vie de viellards palestiniens en maison de retraite, à gaza.

Leur vie est rythmée par les nouvelles reçues à la télé, et par les visite de proches qui arrivent en sautant au dessus des fils barbelés ou en passant par des trous de souris .

Certains d'entre eux etaient très lucides, et philosophes en même temps.Mais leur regard posé sur Israel , etait comme celui que pose un vieil homme sur un enfant qui aime les jeux cruels.Tu sais, ce genre de "jeux" qui consistent a demembrer une fourmi, ou à a emprisonner une abeille dans un verre retourné.

Cette cruauté israelienne,decrite si bien dans cet article,est quand même fondamentalement eloignée de l'esprit colonial en general.Puisque sa cause est differente.Alors que l'occupation en general est dictée par un esprit de conquête ,d'assimilation et de pillage de ressources naturelles tres souvent.La cruauté du peuple Israelien est issue d'une part d'un traumatisme inscrit dans les gênes du peuple juif suite aux inombrables pogroms et evictions dont ils ont fait l'objet ,surtout en Europe,et d'autre part,par la religion juive et plus particulièrement l'enseignement talmudique qui dicte des dogmes racistes , et deshumanise tout les non-juifs en les reduisant a un statut de betail.Le talmud est enseigné partout ou existe une communauté juive de part le monde, et les etudes sont même assorties d'un payement dans mon pays.C'est à dire qu'on gagne de l'argent en etudiant le talmud.Il est constamment réecrit,en ce moment même une version est en preparation et prend en compte les divers "défis" façe a la communauté juive.

Le peuple juif , en tant que nation dispersée de part le monde , ne cessera jamais d'être nuisible tant que ces deux paramètres continuerons à jouer.Bien sûr beaucoup de juifs ne sont pas fondus dans le moule, et il y en aura toujours, mais cette cruauté restera toujours un trait de caractère commun a la grande majorité de ce peuple.J'en veux pour preuve, leur Histoire passée et qui dure depuis des milliers d'années,pleine de sang et de trahisons.Qui prends le temps de s'y plonger,en ressort degôuté mais definitivement desabusé.


Le problème de la palestine occuppée n'est qu'une petite pièce d'une toile que le peuple d'Israël a mis des millénaires a tisser.Ses
branches s'etendent partout en Europe ,et dans une grande partie du monde.Le poids qu'ils ont dans la finance et les médias,en font un ennemis difficile a deloger,leurs agissements dès qu'ils touchent le domaine politique , ne font que promouvoir leur "tribu" et ses intérêts.Ont cite à tort theodore Hertzl comme etant l'inventeur du sionisme.C'est faux.Le sionisme a débuté dès l'exil d'egypte il y a cinq mille ans.Car il est normal pour un peuple chassé de ses terres de désirer les retrouver à tout prix.A chaque pogrom, a chaque exil,ce peuple nourrit de la haine envers les goys.

Tout ceci oblige a voir le problème
sioniste,non par une analyse a l'instant T ou nous vivons vous et moi, mais en essayant de comprendre l'evolution de ce peuple "à part",qui a choisi de se constituer en élite au dessus des lois des peuples pour mieux les assujettir.

4 janvier 2008 à 21:01  
Blogger Djazaïri said...

Ma réponse dans le post qui suit.

4 janvier 2008 à 22:08  

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home

Palestine Blogs - The Gazette