mardi, décembre 07, 2010

Bookmark and Share

Espionnage des mosquées et fabrication de terroristes aux USA, le cas Craig Monteilh

Je vous avais déjà parlé des activités d'espionnage que pratiquent certains services de sécurité dans les mosquées. De même, j'avais déjà évoqué cette étrange pratique policière qui consiste à entrer en contact avec un quidam, musulman au moins nominalement de préférence, pour lui instiller des idées d'attentats auxquelles il n'avait pas pensé spontanément. Bien entendu, pour aider au processus de maturation, un peu (ou beaucoup d'argent) ainsi qu'un accès incroyablement facile à du matériel meurtrier sont d'une utilité non négligeable. Pourquoi ne pas convaincre par exemple un esprit fragile de passer à l'action en échange de la prise en charge financière d'une greffe d'organes dont son petit frère a cruellement besoin ?
C'est de ça entre autres dont parle cet article qui traite d'une affaire qui fait grand bruit aux Etats Unis où un faux converti à l'Islam avait été chargé par le FBI d'infiltrer une mosquée de la région de Los Angeles. Cette taupe a été si loin dans son travail d'appel au meurtre que les fidèles sont allés le dénoncer au FBI sans que leur dénonciation soit suivie d'effets.
Le pot aux roses a éclaté au grand jour aujourd'hui et la taupe s'est mise à parler publiquement, soit de peur d'être liquidée par le FBI, soit pour engranger encore plus d'argent ; où même les deux.
 
La taupe du FBI dans une mosquée de Californie sape la confiance entre les Musulmans et le FBI
Updated: 2 minutes ago
par Mara Gay AOL News 5 USA) traduit de l'anglais par Djazaïri

Craig Monteilh alias Farouk al-Aziz

 
Quand Farouk al-Aziz a, allègue-t-on, tenté d'inciter des fidèles d'une mosquée californienne) faire sauter un centre commercial, ils l'ont signalé au FBI, mais rien ne s'est passé.
C'est semble-t-il parce que al-Aziz était en réalité Craig Monteilh, un informateur rémunéré par le FBI, un repris de justice envoyé pour infiltrer la mosquée et dénoncer un terroriste potentiel. Mais c'est au contraire la démarche du FBI consistant à espionner la mosquée qui a été mise au jour, une affaire qui a fragilisé les relations entre le FBI et les Musulmans.
.
Elle a aussi suscité d'âpres questions chez des détracteurs qui affirment que les procédés utilisés par le FBI avec les communautés musulmanes s'apparentent parfois à des pièges, à de la provocation.

"La question est celle-ci: ces 'complots' présumés auraient-il existé sans une implication active du FBI?" a déclaré aujourd'hui à AOL Ibrahim Hooper, porte parole du Council on American-Islamic Relations. "Et nous voyons trop souvent qu'ils sont en réalité fabriqués par le FBI et utilisés de sorte à y attirer des gens qui autrement, n'auraient jamais choisi de leur propre chef de commettre ce genre d'actions."

Dans l'affaire californienne, rapportée par le Washington Post ce week-end, le FBI a payé Monteilh -un faussaire condamné- 177 000 dollars pendant plus d'un an pour qu'il contribue à élaborer un dossier pour terrorisme contre Ahmadullah Sais Niazi, un membre d'une mosquée d'Irvine. Mais le dossier est tombé à l'eau quand Niazi et d'autres à la mosquée se sont tellement inquiétés des propos de Monteil relatifs à un djihad violent qu'ils l'ont signalé au FBI et ont même demandé un ordre de contrainte à son encontre.
"Ils avaient déclaré que Farouk leur avait dit avoir accès à des armes et qu'ils devraient faire sauter un centre commercial," a déclaré au Washington Post Hussam Ayloush, directeur exécutif du Council on American-Islamic Relations à Los Angeles. « Ils étaient convaincus que cet homme était un terroriste. »
 
En septembre, le Département de la Justice a classé sans suite le dossier contre Niazi dont il était allégué qu'il avait été enregistré avec Monteilh donnant son accord pour faire sauter des immeubles, selon le Washington Post. Et maintenant, pour aggraver les choses pour le FBI, Monteilh parle publiquement de son histoire, affirmant que des agents du FBI lui avaient appris comment piéger des Musulmans et avaient tenu des propos désobligeants sur l'Islam.

Le FBI a refusé de s'exprimer spécifiquement sur l'affaire Monteilh mais a déclaré que les accusations de ciblage des communautés musulmanes par le FBI étaient fausses.

"Le FBI n'enquête pas sur la religion," a déclaré aujourd'hui à AOL News Laura Eimiller, porte parole du FBI à Los Angeles. « Sous entendre que le FBI a lancé une enquête en se basant sur une appartenance ethnique ou religieuse est ridicule. »

Mais Alicia McWilliams, dont le neveu a été un des quatre homes condamnés cette année pour une tentative d'attentats contre des synagogues dans le Bronx, New York, a déclaré que le FBI piège des gens qui appartiennent aux couches vulnérables de la société. McWilliams affirme que des informateurs du FBI avaient ciblé son neveu parce qu'il était jeune, noir, « dans une mauvaise passe », impressionnable et qu'on lui avait proposé de financer la greffe de foie pour son frère s'il acceptait de participer au complot.
 
« On ne fait pas de cadeau dans les quartiers pauvres,» a-t-elle déclaré aujourd'hui à AOL News. « Ils se servent de criminels pour fabriquer des criminels. »

Robert Turner, qui enseigne le droit à l'université de Virginie et est le directeur associé de son Center for National Security Law, considère que le FBI avait probablement une raison de penser que Niazi préparait quelque chose et avait demandé à Monteilh de le surveiller lui, mais pas toute la mosquée.
Turner affirme que le FBI est conscient de l'importance d'avoir de bonnes relations avec les Musulmans Américains. « Le FBI sait que les Musulmans patriotes sont dans une situation qui peut leur permettre de nous aider à éviter un nouveau 11 septembre, » a-t-il déclaré à AOL News.
Selon lui, Monteilh – qui a été arrêté pour vol qualifié d'automobiles après que le FBI ait rompu toutes relations avec lui – ment probablement sur la vision de l'Islam par le FBI. »Il me semble que Monteilh s'est dit, « Qu'est-ce que je pourrais raconter qui va vraiment embarrasser le FBI ? Je ne trouve rien de crédible là dedans. »
Pourtant, les procédés du FBI ont continue à susciter la controverse. Le mois dernier, par exemple, Mohamed Osman Mohamud, un Américain de 19 ans d'origine somalienne a été arrêté sur la présomption d'avoir conduit une camionnette bourrée d'explosifs – fournis par des agents du FBI – destinée à une cérémonie d'illumination d'arbre de Noël à Portland, en Oregon. Et déjà, les avocats de Mohamud avaient indiqué qu'ils plaideraient la manipulation pout sa défense.  
Lynne Jackson, le co-fondateur de Project Salam, une organisation d'aide juridique pour les Musulmans, affirme que le recours à des informateurs infiltrés dans les communautés islamiques était devenu un problème de respect des libertés publiques comparable à la peur des Rouges pendant la guerre froide.

« Ce sont des préjugés contre les Musulmans. C'est comme dans les années 1950, sauf qu'à la place des communistes, ce sont les Musulmans, » dit-elle. « Le gouvernement s'en prend aux Musulmans à cause de ce qu'ils pensent même quand ils n'ont rien fait du tout.
Hooper de l'organisation CAIR affirme que l'utilisation d'informateurs par le FBI mine la confiance entre les Musulmans Américains et les forces de l'ordre.
 
"Le principe de base est que le FBI a besoin d'avoir des canaux de communication ouverts en direction de la communauté musulmane américaine afin que nous puissions travailler ensemble contre quiconque menace la sécurité de notre nation," dit-il.
Mais, ajoute-t-il, "tant que les Musulmans Américains se sentiront mis à part et soupçonnés en tant que communauté entière, l'atmosphère restera froide. »

Libellés : , , , , , ,

posted by Djazaïri at 8:00 PM

0 Comments:

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home

Palestine Blogs - The Gazette