vendredi, décembre 04, 2009

Bookmark and Share

L'oligarchie des 'Turcos' derrière le récent coup d'Etat au Honduras

L'Anti Defamation League avait sans doute quelque raison d'arguer d'une montée de l'antisémitisme en Espagne. Et l'American jewish Congress vient d'en déceler une autre dans le quotidien espagnol El Mundo.

Je devrais plutôt dire qu'il s'agit du deuxième faux pas de ce journal puisque on lui avait reproché en septembre d'avoir publié un entretien avec l'historien Anglais David Irving, une des bêtes noires de ceux qui prétendent incarner la doxa sur l'holocauste.
Ce que l'American Jewish Congress reproche cette fois au journal espagnol, c'est d'avoir publié un article sur la situation au Honduras qui attire l'attention sur le poids économique et politique d'un certain nombre de familles qui seraient derrière le putsch qui a renversé le président Zelaya accusé de vouloir faire cheminer son pays sur les pays d'Hugo Chavez, le président du Vénézuela.
Je vous propose donc cet article qui n'a suscité aucune réaction en Turquie alors qu'on y lit que l'ennemi du peuple, ce sont les Turcos.
Sauf, c'est vrai que ces Turcos ne sont pas Turcs mais Juifs originaires de pays arabes. Pas tous en fait, parce que je serais étonné de trouver des Juifs Arabes s'appelant Rosenthal.
L'article expose donc, sur un ton assez neutre, la domination d'une oligarchie familiale close sur la vie politique et économique d'un petit pays d'Amérique Centrale. Il se trouve que les familles qui composent cette oligarchie sont juives. Juives palestiniennes même pour certaines; cette référence à la Palestine historique n'a pas dû être pour rien dans la réaction du Congrès Juif Américain...
En quoi est-il antisémite d'exposer ces faits?
Ces familles auraient été catholiques, musulmanes ou encore bouddhistes, qui aurait trouvé à redire à un article sur l'importance de leur rôle?


Le Honduras, pays des cinq familles
40 % du PIB entre les mains d'une poignée de personnes aux noms d'origine juive et palestinienne

Presque toutes financent les deux partis

L'entente d'une poignée de familles avant et après le coup d'Etat

par Jacobo G. García | Tegucigalpa El Mundo (Esp)28 novembre 2009 traduit de l'espagnol par Djazaïri

Le seul point commun à tous les murs du dédale de rues de Tegucigalpa est qu'ils sont tous recouverts de graffiti.

Ils sont en ciment, ont une lointaine origine coloniale, électrifiés ou garnis de tessons de verre acérés pour éviter les intrusions, mais toujours avec des graffiti et leurs fautes d'orthographe comme "avajo Goriletti" [à bas Goriletti]ou "les Turcs hors du Honduras."

Presque tous pointent les mêmes personnes; au concours "des plus détestés", Micheletti, l'église et les "Turcs" l'emporteraient haut la main devant ceux qui ont été expulsés du pouvoir le 28 juin, concentrant à eux seuls plus d'insultes de peinture à la bombe que quiconque, y compris l'armée.

Micheletti pour avoir poignardé dans le dos 'Mel' [Zelaya], son vieil ami du parti Libéral. L'église pour avoir accusé Zelaya d'être coupable d'avoir conduit le pays vers la situation actuelle et les "Turcs" parce qu'ils sont l'oligarchie. Un mot désuet dans le monde développé mais qui, dans le troisième pays le plus pauvre d'Amérique latine renvoie à une poignée de famille qui agissent en coordination après comme avant le coup d'Etat qui a destitué le président qui flirtait avec le chavisme.

Même si tout le monde les appelle "les Turcs", il s'agit en réalité de familles d'origine juive venues de pays arabes dans les années 1940 et 1950, loin du désert et des conflits. Ce sont les Rosenthal, les Facussé, les larach, les Nasser, les Kafie ou les Goldstein. Cinq noms qui contrôlent l'industrie du montage, l'énergie, les télécommunications, le tourisme, la banque, la finance, les moyens de communication, les cimenteries et le commerce, les aéroports ou le parlement. Presque tout. Ils forment le noyau dur de ces 3 % de Honduriens qui contrôlent 40 % de la production nationale. Ce sont les élus [privilégiés ) d'un pays où 70 % des habitants sont pauvres.

Des personnages comme Jaime Rosenthal, candidat à quatre reprises aux présidentielles et propriétaire de banques, d'un aéroport, de brasseries, d'équipes de football et de moyens de communication. Il a des investissements dans le ciment, des compagnies de téléphone, l'exportation de la viande, les assurances et les télécommunications. Ou les Facussé, associés aux Nasser et qui ont partagé leur influence pendant des décennies entre la politique et les affaires. Ils sont les parrains du secteur textile dans un pays voué à confectionner de nombreux vêtements de marque qui sont destinés au marché des Etats Unis. Ils contrôlent aussi des entreprises de la chimie ou des bois précieux. De ces familles sont issus de nombreux ministres et il n'y a pas de décision dans le pays qui ne passe pas par eux.

La plupart d'entre eux ne savait ni lire ni écrire et encore moins parler l'espagnol à leur arrivée, mais ils ont prospéré derrière leurs comptoirs, créant des journaux, exploitant des mines ou introduisant l'électricité et le téléphone dans le pays. Ils se mariaient entre eux, envoyaient leurs fils dans des universités américaines, supplantant la bourgeoisie traditionnelle (d'origine espagnole et allemande) et trois générations plus tard ils contrôlent encore le pays sans admettre quiconque dans leur club de 'puissants.'

Puissants parmi les puissants

Ce sont des familles comme la famille Atala, propriétaires de la banque Ficohsa ou les Kafie, "puissants parmi les puissants", selon le livre "Honduras, pouvoirs de fait et pouvoir politique," sous la direction de Victor Meza. C'est le groupe familial le plus influent du pays et un des plus importants d'Amérique Centrale grâce à ses investissements dans la banque, l'alimentation ou la construction et à ses nombreux contrats avec les administrations. "Des appels d'offres qu'elle perd rarement" signale le livre. Ou les Canahuati, une famille très influente pas seulement parce qu'elle contrôle deux journaux mais parce qu'elle possède aussi des usines de mise en bouteilles, des entreprises pharmaceutiques ou des affaires dans la restauration rapide comme Pizza Hut et KFV.

Presque toutes contribuent financièrement pour les deux partis et c'est avec elles que l'ambassadeur des Etats Unis Hugo LLorens s'est réuni quelques heures à peine après avoir appris qu'on avait vu Zelaya en pyjama au Costa Rica. Il leur cria après et leur passa un tel savon que plus d'un en fut offensé ainsi que l'a expliqué à elmundo.es/America une des personnes présentes. Pour la première fois, les Etats Unis semblaient ne pas avoir été informés d'un coup d'Etat au Honduras.

C'est pourquoi une des premières mesures de répression de la part de l'administration Obama a été de ne pas accorder de visas à beaucoup de ces familles. Les Etats Unis sont derrière la décision que c'est aux élections de fermer la parenthèse chaviste. Les pessimistes persistent à croire que la plaie restera ouverte.

Libellés : , , , , , , , ,

posted by Djazaïri at 11:17 PM

11 Comments:

Blogger benoit said...

Ces familles auraient été "catholiques,musulmanes ou bouddhistes" vous auriez publié cet article??? Vos ficelles ont l'épaisseur d'une corde de halage...
P.S Vous qui êtes un spécialiste reconnu dans les recherches raciales vous êtes sur que Nasser est un nom juif?

6 décembre 2009 à 11:41  
Blogger Djazaïri said...

Mais mon cher Benoit, je n'ai publié cet article que parce que l'American Jewish Congress en a fait un cas d'antismitisme. A votre avis, l'AJC en aurait-elle parlé s'il s'était agi de familles non juives? Je ne vois aucune raison pour que des familles juives arabes ne s'appellent pas Nasser. De nombreux patronymes se retrouvent aussi bien chez des arabes musulmans que chez des juifs, à commencer par le mien.

6 décembre 2009 à 13:41  
Blogger benoit said...

Bien sur...Vous connaissez beaucoup de textes où l'on souligne les origines"catholiques,musulmanes ou bouddhistes" de tel ou tel groupe oligarchique? Quant à l'AJC...Imaginez qu'un article évoque "l'origine arabe ou musulmane" des voyous de banlieue et que le CCF(Conseil du Culte Musulman) crie à l'islamophobie!
Vous l'auriez donc publié si je suis votre raisonnement?

6 décembre 2009 à 14:10  
Anonymous Benoit said...

Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

6 décembre 2009 à 18:15  
Blogger Djazaïri said...

Oui, c'est comme ça qu'on sait que les Alaouites dominent la vie politique en Syrie, que les Mourides contrôlent la culture de l'arachide au Sénégal, que les Blancs faisaient la pluie et le beau temps en Afrique du Sud et en Rhodésie, que les pieds noirs contrôlaient l'Algérie et ont même failli réussir à contrôler lamétropole.
Qu'on évoque l'origine arabe des voyous de banlieue ne me gêne pas tant qu'il ne s'agit pas de mensonges et qu'on ne prétend pas qu'ils contrôlent les politiciens français de sorte à ne pas aller en prison. Les voyous sont des voyous, pas un groupe oligarchique. Dans leur déviance, ils restent in fine soumis à la loi commune, fort heureusement.

6 décembre 2009 à 18:23  
Blogger benoit said...

Vous êtes un peu lassant.Mais il y a quand même des éclairs de génie dans votre texte.Bravo pour les Mourides! Bravo pour les Alaouites! Comme chacun sait le Coran,livre fondamental,parle beaucoup de ces"chiens" de Mourides et de ces "singes d'Alaouites..
Comme chacun sait Mein Kampf,autre livre fondamental,appelle à l'extermination des Mourides et des Alaouites...Comme chacun sait on manifeste souvent à Téhéran et dans des capitales arabes aux cris de "mort aux Mourides,mort aux Alaouites"...
Compte tenu de la spécialisation de votre site je me fais du souci pour votre sommeil:vous devez être cerné par des Juifs affreux,aux poches remplies de dollars et les mains dégoulinantes du sang d'enfants,utulisés pour faire du pain azyme...
Je vous laisse pour aller lire la Torah et notamment le chapitre où Abraham chasse sa servante Ajar et son fils Ismael dans le désert.
P.S Chaque fois que je vous lis je me sens submergé par un sentiment de supériorité à votre égard,contraire à toute l'éducation que j'ai reçue.Donc SVP cessez de m'écrire.

6 décembre 2009 à 19:15  
Blogger Djazaïri said...

Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

6 décembre 2009 à 20:24  
Blogger Djazaïri said...

Merci pour votre ordre, mais jusqu'à plus ample informé, c'est vous qui avez laissé un message sur ce blog de votre propre initiative.
Mein Kampf, c'est un bouquin qui a été écrit par un Européen et il n'y a aujourd'hui, en dehors des historiens, que les résidus du nazisme et les sionistes pour le lire. Arthur Ruppin et Théodore Herzl n'auraient sans doute pas été en désaccord avec le discours du Fuhrer.
Je vous laisse responsable de votre description des "juifs affreux," c'est la vôtre et non la mienne.
Quant au sentiment de supériorité qui vous éprouvez, je doute qu'il soit si contraire à l'éducation que vous avez reçue.

6 décembre 2009 à 20:26  
Blogger benoit said...

Rappel à l'ordre!!!
Vous m'avez désobéi.Il me faut donc envisager,pour vous punir, un chatiment exemplaire:je vais discuter de ses modalités avec le tout puissant Mossad(vous me donnez,heureusement,l'occasion de rire un peu!).
Plus sérieusement...Je dois vous avouer que vos réflexions sur Mein Kampf lu uniquement"par les sionistes et les nazis" m'ont laissé perplexe.Vous n'ignorez pas que ce livre abject est interdit dans le monde occidental.Vous ne pouvez pas non plus ne pas savoir que Mein Kampf a été tiré à des dizaines de milliers en arabe et est en vente dans toutes les librairies de Damas,de Tripoli,de Beyrouth(côté chiite),du Caire etc..Alors ils font comment les "sionistes" pour le lire?Ils doivent se rendre dans ces capitales peu acceuillantes pour eux?Et en plus il leur faudrait apprendre l'arabe? Je sais que vous ne les aimez pas mais c'est quand même beaucoup leur demander!!
P.S Ne m'écrivez vraiment plus.
C'est trés mauvais pour votre santé
En effet la dernière fois vous avez du vous reprendre à deux fois pour tenter de me répondre...Alors ayez pitié de vous!!

7 décembre 2009 à 18:05  
Blogger Djazaïri said...

Je ne suis pas aussi assidu que vous des librairies de Beyrouth ou du Caire et je ne saurais dire où se procurer Mein kampf. Après tout, ce responsable de la communauté juive de Berlin qui souhaite la réédition de Mein kampf a peut-être raison; ce livre nous éclaire sur le caractère abject de certaines approches occidentales et du sionisme qui met pratiquement en application le programme hitlérien (http://www.actualitte.com/actualite/15177-bande-pas-dessinee-tintin-congo.htm).
Ce n'est pas un hasard peut-être si Mein kampf peut-être libtrement consulté en bibliothèque à Brooklyn... (http://www.actualitte.com/actualite/15177-bande-pas-dessinee-tintin-congo.ht

7 décembre 2009 à 20:20  
Anonymous Anonyme said...

@djazairi.
le benoit se sent mal.autre verite que la leur tronquee les derangent et s'il se manifeste de la sorte c'est que vous l'avez bien touche la ou ça faire mal d'ou sa reaction.les gens commencent a voir plus clair a travers le voile de la propagande fashiste du sionisme.

7 décembre 2009 à 22:32  

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home

Palestine Blogs - The Gazette