dimanche, août 06, 2006

Bookmark and Share

De la barbarie et de la propagande sionistes (eh oui, encore!)

Quand on parle des crimes commis par les terroristes sionistes au Liban, on pense forcément à Qana, ce village deux fois martyr. On pense aussi aux justifications avancées par les chefs de cette bande terroriste qui répond au doux nom de Tsahal pour les intimes, sans parler de tous les sionistes et pro-sionistes zélés qui répercutent la propagande selon laquelle le Hezbollah procèderait à ses tirs depuis des locaux civils habités. Je ne suis pas spécialiste des affaires militaires, alors voyons ce qu'un spécialiste peut bien nous dire à ce sujet. L'article qui suit est tiré du Irish Times par le biais du site de Norman G. Finkelstein, Juif anti-sioniste et universitaire bien connu. L'accès à la version originale est en effet payant et Djazaïri est malheureusement désargenté.
n
Les missiles du Hezbollah n'ont pas pu être lancés depuis des immeubles
The Irish Times, 31/O7/2006 parTom Clonan, traduit de l'anglais par Djazaïri
c
Le Hezbollah a lancé environ 2000 missiles sur Israël ces quinze derniers jours, tuant plus de 50 Israéliens et contraignant près d'un million de personnes à se réfugier dans des abris anti-aériens.
b
En dépit de cette provocation la riposte israélienne a été fortement critiquée comme "disproportionnée" par de nombreuses parties. Après la mort de dizaines de femmes et d'enfants Libanais innocents hier à Qana, même les USA ont pressé l'armée israélienne de modifier sas réactions aux attaques du Hezbollah.Les porte-parole militaires Israéliens persistent à affirmer que le Hezbollah a lancé des attaques de missiles depuis Qana dans les derniers jours. L'armée israélienne dit avoir visé l'immeuble de trois étages de Qana à 13h 30 heure locale sur la base qu'il renfermait une "installation" du Hezbollah.
d
Toute investigation sur le ciblage de cet immeuble devra considérer avec attention quel type "d'installation" du Hezbollah pouvait réellement avoir été caché dans ce petit immeuble perdu dans les ruelles d'un village comme Qana.
Le type de missiles qu'utilise le Hezbollah contre les cités israéliennes ne peut pas être lancé depuis des maisons, des mosquées, des hôpitaux ni même depuis les sites de l'ONU comme le prétend l'armée israélienne. En raison d'un souffle en retour très important causé par les lanceurs de ces missiles, ils ne peuvent être tirés que de lieux ouverts. Les lancer depuis un immeuble aurait pour conséquences la mort immédiate des artilleurs et la destruction probable du missile avant lancement; La plupart des missiles sont montés sur des camions et sont tirés – en milieu ouvert – depuis l'arrière de camions à plateaux ou de grands véhicules 4 X 4.Une fois tirés, ces missiles génèrent une chaleur, une lumière et un son intenses – une signature qui est immédiatement décelée par les systèmes de détection israéliens. Une riposte précise peut alors être effectuée par l'aviation et l'artillerie israéliennes dans les secondes qui suivent. Une telle riposte serait considérée proportionnelle d'après les normes militaires internationales et selon les "règles habituelles du combat."
b
Compte tenu de ces faits, une fois leur missile tiré, les artilleurs du Hezbollah doivent se disperser immédiatement. Il est improbable qu'un camion à plateau chargé d'un lance-roquettes multiples puisse rapidement ^être caché dans un immeuble comme celui touché par l'armée israélienne la veille.Le contexte et les circonstances de l'attaque sont sinistres. Avec aucun indice des marques révélatrices de brûlures sur le sol qu'un tir du Hezbollah aurait laissé vers l'immeuble détruit et aucun combattant du Hezbollah parmi les morts et les blessés. Reste la question de savoir quelle sorte "d'installation" l'armée israélienne pourrait sérieusement prétendre avoir identifié dans cet immeuble.
b
Le timing de l'attaque, qui s'est produite pendant un moment de calme relatif et non à la suite immédiate d'un lancement de missiles par le Hezbollah, implique qu'il s'agit d'une frappe punitive destinée simplement à tuer des membres de la communauté Chiite d'où émane le Hezbollah qui y trouve un appui moral. Ce ciblage de femmes et d'enfants Chiites non armés, attaque délibérée de civils à caractère punitif ou de représailles, semble bien constituer un crime de guerre.
n
Tom Clonan est le consultant de The Irish Times pour les questions de sécurité

posted by Djazaïri at 10:18 AM

1 Comments:

Anonymous Xavier said...

Rien à voir, mais si vous voulez être un peu objectif, parlez aussi de ça :

http://www.courrierinternational.com/article.asp?obj_id=65240

8 août 2006 à 15:49  

Enregistrer un commentaire

<< Home

Palestine Blogs - The Gazette