mardi, mai 24, 2011

Bookmark and Share

Anwar Al-Awlaki, des salons du Pentagone à la succession d'Oussama ben Laden?orado à la succession d'Oussama ben Laden?


Il se dit qu’un certain Anwar Al-Awlaki pourrait succéder à Oussama ben Laden à la tête de l’organisation terroriste al Qaïda.

Anwar Al-Awlaki est un ressortissant des Etats Unis. Non, cet individu qui possède aussi la nationalité yéménite n’est pas né à Hawaï mais au Nouveau Mexique.

En qualité de citoyen des Etats Unis, les autorités de ce pays n’ont pas le droit de tenter de le tuer, du moins intentionnellement et /ou en l’absence de situation de légitime défense ou de verdict d’un tribunal prononçant la peine capitale.

Pourtant, peut-on lire dans la presse, Anwar Al-Awlaki qui se trouve présentement au Yémen vient d’être visé par un raid de drone de l’armée des Etats Unis  Pour Atlas Info, c’est une information pour la rubrique « religion ». Misère de nous tous !

D’après la Tribune de Genève, ce fils de notables est considéré comme 
extrêmement dangereux, en raison notamment de sa maîtrise de l’internet», explique Zuhdi Jasser. Cet ancien officier de la marine américaine a fondé en Arizona le Forum américain et islamique pour la démocratie, une organisation proche des mouvements conservateurs. En mars dernier, il a témoigné devant le Congrès de la menace Al-Awlaki.
C’est sûr que la maîtrise d’internet ça peut faire tomber trois deux tours de Manhattan en septembre 2001.

Nous avons donc là le parfait itinéraire du bon djihadiste : une école coranique médersa dans les zones tribales du Pakistan, un séjour en Irak pour affronter la soldatesque infidèle en faisant sauter des bombes dans des souks avant de parachever le Djihad au Cachemire ou encore dans les montagnes d’Afghanistan.

Vous dites que j’ai pas bon et que le trajet correct, c’est le Colorado, Washington, Londres puis le Yémen ?

C’est du moins ce que rapporte la Tribune de Genève  selon laquelle Al-Awlaki a écrit un livre sur les « 44 moyens pour soutenir le djihad » avant de quitter les Etats Unis en 2002 pour Londres où il séjournera deux ans avant d’aller au Yémen où il sera arrêté en 2006.

Or, nous apprend Fox News, ce djihadiste extrêmement dangereux était invité et avait participé à un événement organisé par le Pentagone le 5 février 2002.
“J’ai servé une des salles à manger des personnels d’encadrement pour le 5 février, qui est la date qu’il (Awlaki) préférait,” avait écrit un juriste du Département de la Défense dans le courriel qui annonçait l’événement.
“Il (Awlaki) doit partir le 11 février pour une longue période de temps. »
Le courriel indique qu’Awlaki, natif du Nouveau Mexique, figurera comme conférencier invité sur “L’Islam et la politique et la culture du Moyen Orient".
Il va de soi qu’avant d’être invité à discourir devant les galonnés du Pentagone, Al-Awlaki avait fait l’objet d’une enquête préalable sur laquelle, curieusement, le service juridique du pentagone refuse d’apporter des précisions.

En fait, selon des documents officiels consultés par Fox News, Al-Awlaki avait été contacté dans le cadre d’une démarche du rapprochement des militaires avec les "Musulmans modérés" juste après les attentats du 11 septembre.

De son côté, le FBI avait des informations précieuses qu’il s’était gardé de transmettre aux autorités militaires.
Il est vrai que ce n’étaient que des broutilles. Par exemple qu’Al-Awlaki connaissait Nawaf al-Hazmi, Khalid al-Mihdhar et Hani Hanjour.

Ces noms ne vous disent rien ?

Ce sont ceux de trois des pirates de l’air qui auraient précipité deux avions de ligne sur les tours du World Trade Center.

Et puis qu’Al-Awlaki fréquentait des prostituées. Ce qui fait quand même un peu désordre pour un imam, même modéré.

Le Pentagone était d’autant plus dans l’ignorance que cette ignorance était absolument volontaire puisque, selon un ancien haut responsable du FBI :
“Ils contrôlaient les gens sous l’angle politique et se montraient indifférents aux conseils des autres en matière de renseignements et de sécurité.”
Alors, je sais pas vous, mais moi je trouve que ça fait un peu beaucoup : un candidat putatif à la tête d’al Qaïda qui a fait l’imam aux Etats Unis, tout en fréquentant des prostituées, qui connaissait trois des pirates de l’air présumés du 11 septembre mais a néanmoins été invité à faire un speech par le Pentagone à peine quelques mois après cette action terroriste, sans que le FBI s’occupe de briefer des responsables militaires qui se désintéressent de toute façon de ce qu’il a à dire…
Le même individu qui s’en va ensuite séjourner à Londres avant d’échouer au Yémen pour diriger  AQPA (Al Qaïda Péninsule Arabique).

Mais bon, je vais quand même pas donner dans la théorie du complot.

Merci au blogueur canadien Xymphora qui m’a aiguillé vers cette info.

Libellés : , , , , ,

posted by Djazaïri at 9:37 PM

0 Comments:

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home

Palestine Blogs - The Gazette