mardi, mars 05, 2013

Bookmark and Share

Hommage au Croissant Rouge Syrien


Il n’y a pas besoin d'être expert en politique, et encore moins d’être pro-Assad pour comprendre que la Syrie est victime d’un complot qui s’inscrit dans le cadre du prétendu «printemps arabe.»  De fait, les comploteurs sont tellement sûrs d'eux qu'ils se réunissent ouvertement dans des rencontres qui sont supposées être celles des "amis" de la Syrie.
Comme en Egypte, l’idée est de mettre au pouvoir des gens avec qui les monarchies du Qatar et d’Arabie Saoudite mais aussi  l’entité sioniste pourront composer.
Ces gens sont certes virulents verbalement mais accommodants sur le fond. Exactement comme le premier ministre Turc Recep Tayyip Erdogan qui vient de se fendre d’une sortie radicalement antisioniste verbalement au moment où son armée vient de réceptionner du matériel militaire importé de l’Etat contre lequel il vitupère.
Où comme le régime mis en place en Egypte, qui contre espèces sonnantes et trébuchantes a opté pour la non remise en cause des accords signés avec l’entité sioniste et vient d’ordonner l’inondation de tous les tunnels qui relient Gaza au Sinaï.
Le Croissant Rouge syrien n’est pas une organisation politique et elle accomplit un travail conforme à sa vocation.
Image
C'était il n'a pas si longtemps: une volontaire du Croissant Rouge syrien portait sur ses épaules une petite réfugiée soudanaise
C’est pour cette raison qu’elle peut travailler, pas sans risques d’ailleurs, dans l’ensemble du territoire national, aussi bien dans les zones contrôlées par le gouvernement que dans celles aux mains de l’opposition.
Image
Deir Ez Zohr: pour Mohamed, volontaire du Croissant Rouge syrien, tous les moyens sont bons pour acheminer l'aide à ceux qui en ont besoin
Il n’empêche que les cadres de cette organisation peuvent avoir leur point de vue sur ce qui se passe dans leur pays.
C’est le cas par exemple de Khaled Erksoussi, le chef des opérations du Croissant-Rouge syrien qui ne peut s’empêcher de faire quelques constats amers. Comme par exemple que l’aide humanitaire pour le peuple syrien était loin d’avoir atteint les montants promis par les participants à une conférence tenue au Koweit à cet effet. Ou encore que très peu d’aide humanitaire transite par la frontière syro-turque qui semble plutôt une voie réservée à l’acheminement d’armes et de combattants (de fait, on sait que quantité de biens, y compris alimentaires, ont au contraire pris tranquillement le chemin de la Turquie).
  
Sale guerre dans l’aide humanitaire
Les organisations des pays du Golfe, principaux alliés de  l’opposition, boycottent le transfert de fonds dans le pays. La vacance du pouvoir a ouvert la porte à des bandes de délinquants et d’agresseurs qui menacent la distribution
Par Mikel Ayestaran, ABC (Espagne) 5 mars 2013 traduit de l’espagnol par Djazaïri
Khaled Erksoussi est peiné. Le chef des urgences du Croissant-Rouge syrien a perdu hier un chauffeur d'ambulance à Khobar. Un mortier est tombé quand il était dans le poste médical avancé de cette zone de combat et mis fin à sa vie. «Nous avons perdu quinze bénévoles depuis le début de la crise. Dans les zones où il y a des combats, nous avons réussi à faire entrer des convois ces dernières semaines, mais autour de Damas, l’accès est impossible en ce moment" regrette Erksoussi qui, tout en repassant mentalement la carte syrien, réfléchit à voix haute et en dit qu'ils devront évacuer certains avant-postes si la situation ne s'améliore pas, "Avant, les combats duraient trois jours, contre des mois maintenant." Le Croissant-Rouge dispose de plus de 80 délégations à travers le pays, et il a des informations de première main sur la situation dans les zones contrôlées ou non par le régime et ses employés sur ​​le terrain sont très respectés quand ils distribuent de l'aide et donnent des soins aux victimes.
Mais la politique s’immisce aussi dans l’aide humanitaire en Syrie. Erksoussi dénonce le fait que les pays du Golfe, qui sont les principaux alliés de l’opposition, boycottent le transfert de fonds dans le pays et il rappelle, comme l’a souligné l’ONU, qu’à peine 13 % des sommes promises à la Conférence de Koweït ont été reçues. Ce qui fait qu’on peut aider seulement 1,5 millions de personnes par mois alors que la situation actuelle exigerait de pouvoir couvrir les besoins d’au moins quatre millions de citoyens. 
Chaos 
Le responsable de la sécurité de l'organisation a conduit la plupart des convois qui sont allés dans le nord. "De la frontière turque à Hama la coordination ne se fait plus avec  le gouvernement parce que le gouvernement n'existe pas ; dans ces zones, nous traitons avec les chefs de l'Armée Syrienne Libre (ASL) qui nous donnent une protection. Mais le chaos est général et il y a des secteurs pour le contrôle desquels l’ASL se bat contre le Front [Jabhat] Nosra  (proche d’al-Qaïda) " dit-il. 
Le vide de pouvoir a ouvert la porte à des bandes de délinquants et de criminels, des criminels sans motivation politique qui menacent l'arrivée des secours. Mais l’autre gros problème que dénonce le Croissant Rouge syrien est la présence officieuse de membres du Croissant-Rouge du Qatar qui sont en train d’essayer de monopoliser l'aide et d’écarter l'organisation nationale [le Croissant Rouge syrien] de cette tâche. «Ils nous accusent d'être pro-régime et hier, ils ont arrêté quatre bénévoles dans le nord d'Alep et ils les ont presque tués" déplore Erksoussi. «Ils veulent monopoliser l'aide, que ce soit eux qui assurent les livraisons. Mais ce que je ne comprends pas c'est pourquoi, alors qu’ils ont toute la frontière avec la Turquie grande ouverte, ils préfèrent qu’arrivent par là des djihadistes et des armes au lieu d'aide humanitaire dans les zones sous leur contrôle où elle est bien sûr est très nécessaire.» 
Des fins politiques 
Les convois qui vont dans le nord se concentrent particulièrement sur ​​les camps de déplacés créés à Azzaz (un camp de 16.000 personnes) et à Atmeh , où il y en a trois pour un total de quelque 50.000 déplacés. «Il ya aussi des besoins à Deraa et à Deir Ezzor , mais on ne nous écoute pas. A l'ONU on semblent aussi avoir un ordre du jour clair et elle démontre une fois de plus que c’est une organisation politique et non humanitaire. Elle n’aide que le nord et l’est et les choses ressemblent de plus en plus à ce qui s'est passé au Kosovo où elle a aidé surtout ​​un camp. Ici, ce sont tous les Syriens qui ont besoin d'aide », rappelle Erksoussi. 
Après près de deux années, le régime commence à donner des autorisations à des ONG, mais avec parcimonie. Le blocus initial est levé très lentement et c’est pourquoi le Croissant-Rouge est l’acteur le plus présent dans l'aide humanitaire, en particulier dans la phase de distribution.

Libellés : , , , , , , , ,

posted by Djazaïri at 6:52 PM

0 Comments:

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home

Palestine Blogs - The Gazette