lundi, juillet 11, 2011

Bookmark and Share

Il est mal Jean Daniel du Nouvel Observateur


Il ne comprend pas qu'aucun peuple arabe, dès lors qu'il n'est plus muselé sous la férule d'une clique à la solde de l'Occident, ne peut accepter l'existence de l'entité sioniste, su moins aux dépends du peuple palestinien. Les peuples arabes n'ont cependant rien contre la création d'un Etat juif, ou prétendu tel, en Alsace, en Bavière, au Birobidjan ou en Alaska. Le peuple tunisien ne déroge pas à cette règle et peut le faire savoir maintenant qu'il a arraché sa liberté.

Je me demande où M. Daniel qui semble et se dit animé par des valeurs républicaines peut trouver des arguments logiques pour justifier l'édification d'un Etat sur la base de la spoliation d'un peuple, le peuple palestinien en l'espèce.  

Faudrait qu'il arrête d'écrire car ses contorsions avec la logique vont le rendre fou Surtout que jean Daniel se contorsionne sur d'autres sujets comme l'affaire Dominique Strauss-Kahn / Nefissatou Diallo Une expression de solidarité tribale qui tente de se faire passer pour une véritable réflexion....

Alerte en Tunisie

Le Point de Vue de Jean Daniel 11 juillet 2011l

La nuit dernière, une trentaine d'intellectuels tunisiens ont signé une pétition, s'alarmant des dispositions contenues dans ce qu'on appelle le Pacte républicain.
Ce pacte, c'est celui conclu par les représentants majoritaires de la Haute Instance chargée de préparer un programme pour les futurs Constituants, qui seront élus en septembre prochain.  Ce pacte était destiné à ne pas laisser les débats et les ambitions s'égarer dans tous les sens.
Or dans le texte de ce pacte, figure selon les pétitionnaires,  une disposition inspirée par un anti-occidentalisme régressif et entièrement contraire à l'esprit de la Révolution de Jasmin et 
du Printemps arabe.

Mais il contient aussi  autre chose, à savoir une recommandation selon laquelle la future constitution tunisienne intègrerait, dans ses principes, l'interdiction pour l'Etat tunisien d'accepter une « relation  normative avec l'entité sioniste ». La rédaction de cette recommandation est stupéfiante. Il ne s'agit pas seulement, ce qui serait normal, d'une solidarité avec le peuple palestinien, quoique ce peuple décide. Il s'agit d'un refus d'accepter l'existence de l'Etat d'Israël qui n'est même pas appelé par son nom. Ce qui signifie que, tout comme le président iranien Ahmadinejad, on souhaiterait sa disparition.

Cette disposition, si elle était acceptée, mettrait la Tunisie au premier rang des Etats arabes et islamistes qui refusent la solution des deux Etats et qui désavouent le président Mahmoud Abbas, de l'Autorité Palestinienne. Dans ces conditions, c'est la Tunisie progressiste  nuirait gravement aux forces, à la fois palestiniennes et israéliennes, qui combattent aussi bien les dirigeants israéliens que le radicalisme du Hamas palestinien.

Le plus attristant, c'est qu'à la tête de cette Commission se trouve l'éminent juriste, le professeur respecté de droit international, Monsieur Ben Achour. Jusqu'au dernier moment, les réformateurs croyaient trouver en lui un guide. Mais il s'est rallié à un compromis détestable, en assurant qu'il le pensait provisoire. Les choses seront plus claires dans la journée, mais rien ne peut davantage émouvoir les amis fidèles de la  Tunisie que la Révolution de Jasmin a rendus heureux et qui se mobilisent pour aider ce pays.
Jean Daniel

Libellés : , ,

posted by Djazaïri at 10:33 PM

0 Comments:

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home

Palestine Blogs - The Gazette