samedi, septembre 06, 2008

Bookmark and Share

Report du baccalauréat pour fête religieuse, motus et bouche cousue! Report d'un procès pour cause présumée de Ramadan, république en danger!

On fait grand bruit en ce moment autour du report d’un procès d’assises pour cause de Ramadan. Il s’agirait d’une entorse au principe de laïcité si l’on en croît Mme Fadela Amara, membre du gouvernement de M. François Fillon, ou l’association SOS Racisme qui est montée immédiatement au créneau, voyant une atteinte au principe de laïcité "si la cause du report est bien celle-là. »
Passons sur le fait que la décision de report n’est pas motivée par le Ramadan, mais par d’autres raisons au moins tout aussi sérieuses quand il s’agit d’administrer la justice, raisons dont la pertinence ne peut échapper même au plus néophyte en matière juridique.
Il reste que même si le tribunal avait décidé un report de l’affaire lié au Ramadan, ce n’aurait pas été lié au caractère religieux de la pratique du jeûne mais plus prosaïquement à la condition physique éventuelle de l’accusé. Ceci est expliqué clairement par l’avocat de l’accusé. Vraiment pas de quoi fouetter un chat : jeûner en journée ne consiste pas à se goinfrer de dinde au marron pendant les horaires de bureau, Mme Amara devrait le savoir.
Mais il est vrai que les sots ne comprendront jamais, non parce qu’ils en sont incapables mais parce qu’ils ne le veulent pas.
Sinon ces sots, qui se présentent en défenseurs de la laïcité, se livreraient à une sévère critique des élus de tous bords qui se pressent au dîner du CRIF (Conseil représentatif des Institutions Juives de France), unique organisation « ethnique » ou « ethno-religieuse, » communautaire, à coup sûr, dûment estampillée républicaine même si son ardeur est surtout mise au service de l’entité sioniste (qui est une république laïque juive comme le comprennent les mêmes sots).
D’ailleurs, l’avocat de l’accusé fait référence à des reports précédemment obtenus dans certaines affaires pour des motifs liés à des fêtes religieuses autres que musulmanes, juives notamment. Ces reports n’avaient apparemment pas soulevé de tollé chez nos défenseurs de la laïcité.
Aux juristes de fouiner à la recherche de tels cas. Il est vain d’essayer de les trouver sur internet car, sur la toile, c’est la loi du silence qui règne.

Un exemple de cette loi du silence, la non affaire des clefs casher. Un seul journal en a parlé, il s’agit du Parisien Libéré et il est impossible de trouver des informations à ce sujet sur internet, sauf à retrouver l’article du Parisien qui est disponible je crois dans ses archives payantes. En lisant cet article, j’ai appris que les Juifs pratiquants ne pouvaient pas utiliser les digicodes d’immeubles le jour du sabbat. Afin de résoudre ce problème, l’OPAC des Hauts-de-Seine (si ma mémoire est bonne) a fait installer à grand frais des serrures mécaniques très sophistiquées, dites « serrures casher » dans l’article. Ce sont donc les contribuables et l’ensemble les locataires de cet organisme public qui ont payé ces clefs à l’usage des résidents de confession juive.
On ne trouvera aucune trace d’indignation dans l’article du Parisien, mais plutôt de l’admiration pour la performance technique de l’entreprise qui fabrique ces serrures. Je n’ai malheureusement pas conservé cet article car, naïvement, je pensais qu’il serait largement repris par d’autres journaux, à la radio et à la télévision, que des responsables politiques s’intéressant aux dérives communautaristes dans les banlieues dénonceraient une entorse à la laïcité.


Eh bien, non ! Silence sur les ondes, stylos en panne sèche dans les journaux.

Les protestations actuelles contre le renvoi du procès «pour cause de Ramadan» m’ont remis en mémoire ce que SOS Racisme ou Mme Amara et tout ceux qui crient au loup dans cette affaire auraient donc dû qualifier de grave entorse à la laïcité, dans le secteur scolaire cette fois. Cette entorse était survenue quelques mois après l’entrée en vigueur de la fameuse loi supposée défendre la laïcité (dite loi anti foulard) et concernait les dates du baccalauréat session 2005 :

cette année, il y a eu un trou de deux jours dans le calendrier du baccalauréat: pas d'écrits le lundi 14 et le mardi 15 juin.... et savez-vous pourquoi? A cause de Shavouat!! A cause de cette fête juive toutes les épreuves écrites (excepté la philo) ont été repoussées de 2 jours, rendant les délais de correction bien plus courts pour les professeurs: les épreuves du bac général du vendredi 17 juin n'ont pu être distribuées aux professeurs que le lundi suivant, soit 4 jours de moins que les délais de l'année dernière....

L'auteur du message s'est d'ailleurs trompé de dates : c'est le lundi 13 et le mardi 14 juin qu'il n'y avait pas eu d'épreuves et je me souviens que ç'avait été un sacré bazar. Ces deux dates correspondent effectivement à celles de la fête de Chavouot en 2005. (note de Djazaïri)

Si le Ministère de l’Education Nationale prend effectivement en compte les fêtes religieuses (juives, mais aussi arméniennes, musulmanes…) et accorde des autorisations d’absence aux personnels des confessions considérées (sauf nécessité absolue de service), et tolère les absences des élèves, Shavouat ne figure pas sur la liste des fêtes juives donnant lieu à de telles autorisations.
J’ai eu à connaître à titre personnel cette session du baccalauréat et je me souviens de l’incompréhension du corps enseignant au sujet de ce report. Les cadres chargés de l’organisation du baccalauréat se sont bien entendus garder de leur fournir la clef du mystère !
La loi du silence a dans ce cas été parfaitement respectée et, à l’époque, je n’ai entendu aucune protestation de Mme Amara ou de SOS Racisme.

La loi du silence a été, dans ce cas, parfaitement respectée.

Le report des dates du baccalauréat aurait été obtenu par le Grand Rabbin Sitruk, mais c’est à vérifier car je n’en ai aucune preuve.
Il est par ailleurs intéressant d’observer que, dans le blog du Pèlerin d’où j’ai extrait l’information, un internaute répond, en défense, en citant des passages du rapport Obin, qui fut un des éléments pris en compte dans les débats sur la loi relative à la laïcité. Je vous invite à lire le rapport de jean-Pierre Obin qui n’est pas autre chose qu’une malhonnête insulte à l’intelligence.

posted by Djazaïri at 10:59 PM

4 Comments:

Anonymous Anonyme said...

Et on "oublie" l'histoire de l'élu qui siège à Sarcelles avec sa Kippa !!! Aucun journaux n'en ont parlé !!! Et le soi disant scandale des crénaux horaires des piscines ouverts uniquement pour les musulmans alors même que les femmes juives bénéficiaient depuis longtemps dans plusieurs villes dont Sarcelles et Paris, de cet avantage !!!! Je suis dégoutée ...

7 septembre 2008 à 00:50  
Anonymous Anonyme said...

Ce n'est pas parce qu'il y a des exceptions pour les juifs qu'elles sont normales pour les musulmans.
Il faut interdire les exceptions pour les juifs également, car toute entorse au principe de laïcité met en danger la république. Les français ne désirent ni l'application de la Torah, ni celle de la Charia. Ce message sera probablement supprimé, car il n'est pas hallal. Désolé, mais je n'aime aucune religion, et la laïcité me convient parfaitement.

7 septembre 2008 à 07:13  
Blogger Djazaïri said...

Ma conception des opinions ne se résume pas au halal ou au casher comme vous semblez l'imaginer. Ce que je récuse, c'est le deux poids deux mesures :accepter pour une confession ce qu'on trouve scandaleux pour une autre.
Mon propos visait simplement à constater que le report du bac pas plus que les serrures casher n'ont provoqué de polémique politico-médiatique.

7 septembre 2008 à 09:34  
Anonymous Fred said...

Autre sujet :

"Ce que nous avons en vue, dans l’initiation que nous consacrons aujourd’hui après avoir poursuivi si longtemps l’accomplissement, c’est la Maçonnerie implantée en Orient dans le berceau de l’ignorance et du fanatisme ; c’est le drapeau de la tolérance remis entre des mains vénérées, confié à un bras qui a fait ses preuves est arboré par lui... sur les plus hautes mosquées face à l’étendard du Prophète.
L’émir Franc-Maçon, c’est pour nous le coin entré dans le roc de la barbarie."

Dubroc à la cérémonie d’initiation d’Abdelkader à la Maçonnerie
1er septembre 1864

7 septembre 2008 à 10:09  

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home

Palestine Blogs - The Gazette